Qui sont les quatre nouveaux visages aux postes-clés — Union européenne

Voir les

Voir les

Un accord a été trouvé mardi soir entre les 28 sur les "tops jobs" de l'Union européenne.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE ont proposé ce mardi soir la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen pour la présidence de la Commission européenne. Le journal espagnol précise que "la Banque centrale européenne sera aussi pour la première fois dirigée par une femme, la Française Christine Lagarde". Les chrétiens-démocrates récupéreraient ainsi la tête de l'exécutif européen qu'ils revendiquent en raison de leur place de première formation européenne, mais qu'un accord négocié ce week-end par quatre pays (France, Allemagne, Pays-Bas, Espagne) en marge du G20 d'Osaka attribue aux sociaux-démocrates, et donc plutôt au Néerlandais Frans Timmermans. En outre, il respecte la parité souhaitée par des leaders européens pour les postes de pouvoir.

À côté du ticket von der Leyen/Lagarde, qui permettrait à la France et à l'Allemagne d'obtenir chacun un poste européen d'envergure, l'actuel Premier ministre libéral belge, Charles Michel, pourrait hériter de la présidence du Conseil européen, selon des sources européennes. Son bilan au ministère de la Défense, qu'elle occupe depuis près de six ans, est néanmoins controversé. Deux femmes, deux hommes, originaires pour trois d'entre eux de pays fondateurs de l'UE, ont été choisis à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles marqué par de profondes divisions.

Mais sa candidature, qui devra être validée au Parlement européen, rencontre l'hostilité du groupe socialiste."Cette proposition nous déçoit beaucoup", a déclaré la présidente du groupe socialiste, l'Espagnole Iratxe Garcia.

"Tout le monde doit comprendre qu'il faut bouger un peu. Et je dis bien tout le monde", avait lancé mardi Angela Merkel. Emmanuel Macron s'était emporté lundi contre cet "échec".

"Le renouvellement de ces postes a été rendu complexe par le morcellement du paysage politique européen, rappelle le journal belge". Les élections de mai ont vu le tandem PPE et social-démocrate prendre le contrôle de la majorité qu'il détenait au Parlement européen.

Dernières nouvelles