A Wall Street, le Dow a perdu 0,16%, le Nasdaq 0,1%

Shutterstock

Shutterstock

Sur la semaine, l'indice phare parisien affiche une solide avance hebdomadaire de +0,99%, la trêve (à défaut d'avancées plus consistantes) entre les Etats-Unis et la Chine, la désignation de Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne et une nouvelle baisse des taux sur le marché secondaire ayant alimenté l'optimisme des opérateurs.

L'indice Dow Jones a perdu 43,88 points, soit 0,16%, à 26.922,12.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 8,44 points (-0,1%) à 8.161,79.

"Puisque la Banque centrale américaine accorde plus d'importance au risque d'un ralentissement de la croissance plutôt qu'à la faiblesse de l'inflation, il est peu probable qu'elle décide d'abaisser les taux (lors de sa prochaine réunion) à la fin du mois sauf si on voit une réelle faiblesse de la consommation", a estimé Christopher Low, économiste chez FTN Financial.

Or la récente hausse des indices de la Bourse de New York, qui sont montés mercredi à de nouveaux records avant un jour férié, avait largement été alimentée par l'anticipation d'une baisse de taux au fur et à mesure que certains indicateurs sur l'économie américaine montraient des signes de faiblesse, notamment sur l'emploi en mai.

"Si les créations d'emploi étaient restées faibles au mois de juin (.) une telle hypothèse renforcerait la probabilité d'une baisse des taux directeurs américains à la fin du mois", abondaient les experts d'Aurel, notant que les marchés ont récemment "réagi positivement à ces anticipations de politique monétaire" assouplie.

Alors que s'éloignait vendredi la perspective d'une baisse imminente des taux après les bons chiffres sur l'emploi, ce taux à 10 ans remontait vivement et évoluait à 2,058% contre 1,950% à la clôture mercredi.

Cette remontée a permis au secteur bancaire de tirer son épingle du jeu, les grands établissements financiers profitant généralement de taux plus élevés. JPMorgan Chase prenait 0,28%, Bank of America 0,55% et Citigroup 0,38%.

Les sociétés de semi-conducteurs ont connu des difficultés après que le géant coréen Samsung (KS: 005930) ait déclaré s'attendre à une chute spectaculaire des bénéfices au deuxième trimestre.

Qualcomm Inc (QCOM.O) a perdu 1,5%, tandis qu'Intel Corp (INTC.O) et Advanced Micro Devices Inc (AMD.O) est également tombé.

Le secteur de l'industrie pharmaceutique a aussi souffert alors que Donald Trump a indiqué vendredi qu'un décret devrait être pris prochainement en vue de baisser drastiquement les prix des médicaments, le président américain évoquant même un alignement sur les tarifs les plus bas pratiqués dans le monde.

Amazon s'est apprécié de 0,20%.

Dernières nouvelles