François de Rugy répond aux accusations sur ses fastueux dîners

Rugy mis en cause pour des dîners privés à l'Assemblée

France Rugy mis en cause pour des dîners privés à l'Assemblée"assume un travail de"représentation

Ces somptueuses agapes dignes de grands dîners d'État auraient pris de telles proportions qu'elles avaient suscité l'indignation de certains fonctionnaires de l'Assemblée nationale, dont le personnel a été mis à contribution à de très nombreuses reprises.

François de Rugy a mis en avant mercredi "un travail de représentation" requis par ses fonctions, niant toute "soirée fastueuse", selon un texte transmis à l'AFP par son cabinet.

"Nous n'avons rien à nous reprocher, ni elle ni moi", a insisté le ministre sur France Inter, expliquant que les invités étaient parfois connus d'elle seule, parfois de lui seul, parfois ni par l'un ni par l'autre. "Ce sont des dîners ou l'on rencontre, comme le font tous les responsables politiques, un certain nombre d'interlocuteurs que l'on connaît ou que l'on ne connaît pas, qui font partie de relations que l'on avait avant d'être président de l'Assemblée nationale", a ajouté l'ancien membre d'EELV. Ainsi, sur une photo prise à la Saint-Valentin 2018, on voit François de Rugy attablé à l'hôtel de Lassay devant une nappe parsemée de pétales de roses rouges. Le désormais ministre de la Transition écologique a assuré mercredi sur France Inter qu'il s'agissait d'"un travail de représentation". Et "en un an, il a fait baisser les frais de réception de l'Hôtel de Lassay de plus de 13%, ses frais de déplacement de plus de 34%", souligne son cabinet.

Séverine de Rugy, elle, explique à Mediapart que ces dîners devaient permettre à son mari de rester connecté "à la société".

L'actuel ministre d'État avait déjà été mis en cause à l'été 2018 par un article du Parisien évoquant de supposées "curieuses dépenses" - qui n'avaient rien d'illégal -, dont un troisième chauffeur (pour des raisons de "sécurité", selon M.de Rugy) ou un vélo elliptique. Les époux recevaient ainsi "des copains et copines de la communication et du journalisme, des réalisateurs, des producteurs, des gens la finance, des actrices ou des écrivains de seconde zone". L'éditorialiste Jean-Michel Aphatie, notamment, a confirmé avoir participé à l'un de ces dîners.

Interrogés par le site d'information, plusieurs invités ont douté du caractère professionnel de ces dîners. "Verres en cristal, porcelaines, petites cuillères en or, chandeliers, vaisselles d'apparat " et compositions florales, écrit encore Mediapart. La députée de La France insoumise (LFI) Mathilde Panot a quant à elle jugé la pratique et la justification de François de Rugy indécentes: "Des dîners de cour de François de Rugy avec l'argent public?"

Une bouteille de grand-cru à 500 euros, d'appétissants homards.

"Nous n'avons rien à nous reprocher, ni elle ni moi".

Le successeur de Nicolas Hulot à la Transition écologique dit avoir "toujours souhaité que l'Assemblée nationale soit ouverte" alors même qu'on "reproche souvent aux hommes et aux femmes politiques d'être coupés, de n'être que dans leur monde politique, d'être dans une forme de bulle politique".

L'entourage du ministre assure à Mediapart que les dîners avaient une utilité réelle pour le président de l'Assemblée. "Aussi bizarre que ça puisse paraître, aujourd'hui ce n'est pas le cas".

Dernières nouvelles