Agressions sexuelles présumées : le Vatican lève l'immunité de son représentant en France

Agressions sexuelles présumées le Vatican lève l'immunité de son représentant en France

France Agressions sexuelles présumées le Vatican lève l'immunité de son représentant en France

4 décembre 2016: Mgr Luigi VENTURA, nonce apostolique en France, assiste à consécration et à la célébration de la dédicace de la cathédrale cathédrale orthodoxe de la Sainte-Trinité, organisée par le diocèse de Chersonèse du patriarcat de Moscou. Le pape François a dévoilé en mai une législation plus stricte obligeant prêtres, religieux et religieuses à signaler à l'Église tout soupçon d'agression sexuelle ou de harcèlement, ainsi que la couverture de tels faits par la hiérarchie au sein du clergé. Ces trois hommes ont été entendus par les enquêteurs et une quatrième plainte a été déposée par un autre homme, selon l'AFP.

La mairie de Paris avait signalé au parquet qu'un jeune cadre municipal s'était plaint d'attouchements répétés du nonce apostolique lors d'une cérémonie le 17 janvier. "Il s'agit d'une mesure extraordinaire qui confirme la volonté exprimée par le nonce lui-même dès le début de cette affaire de collaborer pleinement et spontanément avec les autorités judiciaires françaises compétentes", a-t-il ajouté.

Le nonce apostolique est visé par une enquête du parquet de Paris pour " agressions sexuelles " après les plaintes de plusieurs hommes, dont au moins trois lui reprochent des attouchements.

L'enquête a été ouverte par le parquet de Paris en février après un signalement de la mairie de Paris.

Mgr Luigi Ventura est un archevêque catholique italien et nonce apostolique en France depuis septembre 2009. Les enquêteurs avaient alors convoqué une deuxième personne, tandis qu'un autre plaignant se manifestait pour des faits similaires datant de 2018. Il avait cependant été entendu par la police judiciaire au mois d'avril "à sa demande". Ses missions concernent les relations du Vatican avec les autorités françaises d'une part et avec les évêques de France d'autre part. En mars dernier, les plaignants et leurs avocats avaient écrit au Quai d'Orsay pour exiger que la France demande au Vatican de lever cette protection diplomatique. Avant de prendre cette décision, le Saint-Siège a attendu la conclusion, annoncée fin juin, de la phase préliminaire de la procédure à laquelle Mgr Ventura a librement participé. L'exercice de ses fonctions lui a valu une immunité diplomatique.

La décision du Saint-Siège a été officiellement communiquée aux autorités françaises la semaine dernière.

Dernières nouvelles