Vincent Lambert : les avocats des parents dénoncent un "crime d'Etat"

Vincent Lambert était hospitalisé depuis son accident en 2008 au CHU de Reims.                  AFP  François Nascimbeni

Vincent Lambert était hospitalisé depuis son accident en 2008 au CHU de Reims. AFP François Nascimbeni

Tandis que le médecin de Vincent Lambert a engagé le 2 juillet un nouvel arrêt des traitements, plus de 300 personnes se sont réunies mercredi soir devant l'église Saint-Sulpice à Paris pour une veillée de prière pour ce patient tétraplégique en état végétatif depuis presque onze ans et dénoncer cet arrêt des soins. "Il est aussi à la méditation de ce crime d'Etat", ont déclaré dans un communiqué Me Jean Paillot et Jérôme Triomphe, avocats de Pierre et Viviane Lambert, opposés depuis des années à l'arrêt des traitements de leur fils.

"Vincent est décédé à 8H24 ce matin" au CHU de Reims, a précisé son neveu François, qui a exprimé "son soulagement après des années de souffrance pour tout le monde".

"Dans ces conditions, fallait-il tuer Vincent Lambert?".

"Vivre pour Vincent Lambert, ce n'était pas avoir un coeur qui bat ou une respiration spontanée, c'était 'être en relation, marcher dans la forêt, voir la mer, sentir le vent, être libre'. Nous étions préparés à le laisser partir ", a ajouté François Lambert, il a obtenu l'information du médecin traitant de Vincent.

C'est la fin d'un terrible feuilleton médical, judiciaire et politique, au cœur duquel une famille s'est déchirée.

Son nom est devenu le symbole en France du débat autour de la fin de vie.

Le professeur Israël Nisand, président du Forum européen de la bioéthique, a dénoncé sur Franceinfo "l'hypocrisie la plus totale" induite par la loi Clayes-Leonetti, qui interdit l'euthanasie mais prévoit une "sédation profonde et continue jusqu'au décès".

Selon eux, "cette faute ignoble ébranle les fondements de notre droit et de notre civilisation" et "rejaillit sur nous tous". Ce drame familial qui a duré 11 ans a bouleveresé nos concitoyens. le moment est à l'apaisement.

Dernières nouvelles