Trump ne peut pas bloquer ses détracteurs sur Twitter

Donald Trump n’a pas le droit de bloquer ses opposants sur Twitter confirme un tribunal

Reuters

Trump, un tweeter prolifique, a interdit à certains membres du public de lire ses posts après avoir critiqué le président américain. C'est ce qu'a jugé mardi une cour d'appel fédérale, confirmant la décision en première instance d'une juge new-yorkaise en 2018.

La magistrate avait alors considéré que la possibilité de réagir aux fréquents gazouillis présidentiels s'inscrivait dans l'exercice de la liberté d'expression protégée par le premier amendement de la Constitution américaine.

Selon une décision de justice rendue mardi 9 juillet, le président américain ne peut pas bloquer les utilisateurs de Twitter qui sont en désaccord avec lui.

Dans le jugement d'une trentaine de pages, la cour d'appel rend son verdict, spécifiant à ce sujet: " Le premier amendement ne permet pas à un responsable gouvernemental qui utilise un compte sur les réseaux sociaux pour toutes sortes de raisons officielles d'exclure, dans le cadre d'un dialogue en ligne par ailleurs ouvert, des personnes exprimant des opinions avec lesquelles ce responsable ne serait pas d'accord ".

À l'époque, l'organisation en faveur de la liberté d'expression, Knight First Amendment Institute, avait déposé une plainte en indiquant que le président des États-Unis avait bloqué sept personnes sur le réseau social. Le ministère américain de la Justice avait fait appel. Parmi eux, un comédien new-yorkais, une chanteuse de Seattle, un professeur en sociologie du Maryland et un policier texan."Les comptes de responsables publics sur les réseaux sociaux font désormais partie des espaces parmi les plus importants pour la discussion des décisions gouvernementales", estime Jameel Jaffer, dirigeant du Knight Institute.

Le département de la Justice avait fait valoir que Donald Trump n'agissait pas en sa qualité de président quand il bloquait des utilisateurs, une interprétation repoussée par les juges.

Un débat à conclure en Cour suprême?

Dernières nouvelles