L'imbroglio continue entre Haas et Rich Energy

Rich Energy rompt brutalement son contrat avec Haas

Saison 2019 Rich Energy rompt brutalement son contrat avec Haas

Du côté de l'écurie Haas, Günther Steiner a fait savoir que rien n'avait changé et que Rich Energy demeurait le sponsor titre de l'équipe, les logos de la marque figurant toujours sur le matériel utilisé ce week-end à Silverstone pour le Grand Prix de Grande-Bretagne. Nous croyons de tout cœur en Haas F1 Team, en ses performances et en son organisation en général, et nous avons la ferme intention de respecter l'accord de sponsoring actuel.

Ils attribuent le tweet de mercredi aux " actes sans scrupule d'une personne (qui) parle peut-être en son nom, mais dont les opinions ne sont pas celles de l'entreprise ". Il n'a pour autant pas précisé les éventuelles conséquences financières pour le reste de la saison. William Storey est sur le chemin du licenciement. Cet incident est très regrettable, nous ne ferons pas de commentaire supplémentaire sur cette question sensible commercialement et elle se conclura à huis clos. La politique et le politiquement correct en F1 inhibent aussi notre entreprise. "Je contrôle tous les actifs de Rich Energy et j'ai le soutien de tous les responsables clés".

Après le tweet mercredi, Rich Energy avait ajouté qu'elle commanditerait désormais les courses de motos.

Un communiqué auquel Haas a rapidement répondu, par l'intermédiaire de Guenther Steiner, le manager de l'écurie.

Tout au long de la journée de jeudi, des investisseurs et actionnaires de Rich Energy ont tenté d'inverser la tendance, jusqu'à communiquer sur le fait que William Storey était seul responsable de la situation et avait annoncé la rupture de contrat sans en avoir le pouvoir. "Je ne peux pas donner plus de détails sur la relation contractuelle entre nos deux parties pour cause de confidentialité commerciale", a-t-il indiqué via un communiqué.

Kevin Magnussen au volant de sa Haas durant les qualifications du GP d'Autriche le 29 juin 2019.

Lors du dernier GP en Autriche il y a dix jours, elle a dû se contenter de la 16e place pour le Français Romain Grosjean et de la 19e pour Magnussen, derrière la Williams du Britannique George Russell, 18e, pourtant de loin la monoplace la moins performante du plateau.

Arrivée en F1 en 2016, Haas avait surpris l'an dernier en se classant 5e chez les constructeurs.

Dernières nouvelles