Nouvelle-Orléans : la tempête Barry devient un ouragan de catégorie 1

Fabrice, en vacances à La Nouvelle-Orléans, décrit les inondations en cours:

Etats-Unis: Ouragan: la Nouvelle-Orléans se prépare - Monde

Si les prévisions se concrétisent, Barry serait le premier ouragan de la saison dans l'Atlantique.

L'ouragan de catégorie 1 soufflait alors à 120 km/h, soit juste au-dessus de la limite pour entrer dans la grande cour des ouragans (119 km/h).

Les zones côtières périphériques ont été évacuées, au-delà de la zone où les digues ont été renforcées après le passage de l'ouragan dévastateur Katrina en 2005, dans les paroisses de Plaquemines et Jefferson, dans le sud de la ville.

" Nous nous attendons à ce que Barry touche les côtes centrales demain (samedi) matin", a expliqué sur CNN le gouverneur de la Louisiane, John Bel Edwards.

Hantés par le souvenir de Katrina de 2005, l'un des ouragans les plus puissants de l'histoire des Etats-Unis, les habitants de la Nouvelle-Orléans craignent le pire.

Les digues au bord du fleuve et à La Nouvelle-Orléans devraient tenir, a rassuré le gouverneur, alors que 118 pompes étaient en service pour écouler l'eau dans la principale ville de l'État.

D'autant que le sol est déjà saturé après de récents orages et une pluviosité importante depuis le début de l'année ayant provoqué plusieurs crues du Mississippi.

La tempête se trouvait à 21H00 GMT à 145 kilomètres au sud-est de l'embouchure du Mississippi, progressant relativement lentement.

La Nouvelle-Orléans sous la pluie, vendredi soir.

Dans le Quartier français, le coeur historique de la ville, où des sacs de sable et des planches protégeaient les magasins, quelques fêtards avaient quand même tenu à descendre Bourbon Street en chantant et en buvant des cocktails "ouragan", ou dansé au son du zarico.

Les consignes des autorités aux habitants dans la zone à risque sont à ce stade de rester chez eux mais la maire a évoqué l'éventualité d'évacuations volontaires ou obligatoires ainsi que celle d'un couvre-feu. On est déjà restés pendant des gros ouragans alors qu'on aurait dû partir, explique Keith Delahoussaye, devant sa maison mobile à Port Sulphur. "Mais on partira si on voit que l'eau monte jusqu'ici ".

Les inquiétudes tiennent surtout aux pluies diluviennes et à la submersion côtière (jusqu'à 1,80 mètre attendu) qui l'accompagnent. "Des précipitations de 25 à 50 centimètres sont prévues sur notre région avec, par endroits, des niveaux pouvant atteindre 65 centimèters", a mis en garde dans un tweet, hier soir, le Consulat général de France en Louisiane.

Le Mississippi, plus grand fleuve d'Amérique du Nord, atteignait déjà vendredi son niveau de crue (5,18 mètres) à La Nouvelle-Orléans, protégée par des digues de 6,10 mètres.

Pour faire face à cette tempête, les autorités, qui ont rappelé que les inondations étaient responsables de 75% des décès lors d'un ouragan, ont exhorté les habitants à sécuriser leurs biens et à se mettre à l'abri.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré l'état d'urgence en Louisiane jeudi, une mesure qui permet aux agences fédérales de participer aux secours. Les digues ont cédé sous le poids de l'eau, inondant 80% de la cité et causant un millier de morts, sur un total de plus de 1800 durant la catastrophe. Les dégâts avaient été évalués à plus de 150 milliards de dollars.

"Mais pour le réseau GSCC, qui rassemble des professionnels du climat du monde entier, " le risque de Barry est différent de celui de Katrina: en 2005, les digues de la côte avaient cédé, cette fois-ci, ce sont les digues du fleuve qui seront testées ". Les autorités ont annulé un concert des Rolling Stones prévu dimanche soir à la Nouvelle-Orléans. "On est ici avec vous, on traversera ça ensemble", a déclaré le groupe dans un communiqué.

Dernières nouvelles