Emmanuel Macron hué lors du défilé, des figures des Gilets Jaunes interpellées

Des incidents ont également éclaté à proximité, notamment dans des rues adjacentes où les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes.

C'est la première fois depuis le 16 mars que des gilets jaunes parviennent à retourner manifester sur les Champs-Élysées qui avaient connu une flambée de violences lors du 18e samedi de mobilisation de ce mouvement social.

Plusieurs figures des Gilets jaunes, Maxime Nicolle, Jérôme Rodrigues et Éric Drouet ont été interpellés, en marge du défilé du 14 juillet, non loin des Champs-Élysées, selon plusieurs médias.

Tous deux sont placés en garde à vue pour "organisation d'une manifestation illicite", a précisé cette source.

Des dizaines de "gilets jaunes" manifestaient ce dimanche après-midi sur les Champs-Elysées dans un face à face tendu avec les forces de l'ordre à l'issue du défilé militaire du 14 juillet.

Eric Drouet, une autre tête d'affiche de ce mouvement, a lui aussi été interpellé dans la matinée mais la décision sur son éventuel placement en garde à vue n'avait pas encore été prise en milieu de journée, a indiqué une source proche du dossier.

Interrogé par l'AFP sur ces arrestations, Me Arie Alimi, l'avocat de Jérôme Rodrigues, a estimé qu'il s'agissait "manifestement d'interpellations d'opposants politiques, en raison de leur qualité d'opposants politiques".

Au total, selon la préfecture, 152 personnes ont été interpellées.

La veille au soir, quelques dizaines de manifestants, dont certains portaient des "gilets jaunes", avaient fait entendre leur voix devant l'Hôtel de Brienne, où Emmanuel Macron prononçait un discours, en visant le ministre de la Transition écologique François de Rugy, épinglé par Mediapart pour des dîners fastueux lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale.

Dernières nouvelles