Le RN demande d’interdire les Champs-Elysées aux supporters algériens

L'Algérie qualifiée pour la demi-finale de la Coupe d’Afrique les supporters sur les Champs-Élysées le 11 juillet 2019

L'Algérie qualifiée pour la demi-finale de la Coupe d’Afrique les supporters sur les Champs-Élysées le 11 juillet 2019 Sputnik

Le chauffard a été placé en garde à vue. Jeudi soir, la qualification arrachée au bout du suspense par l'Algérie pour le dernier carré de la Coupe d'Afrique des Nations face à la Côte d'Ivoire (1-1, 4-3 aux t.a.b.) a provoqué des rassemblements festifs un peu partout en France, notamment à Paris, Marseille ou Lyon, où les supporters des Fennecs ont laissé exploser leur joie.

Mais en fin de soirée, des incidents ont éclaté notamment dans le secteur des Champs-Elysées à Paris.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a jugé "inacceptables " les "dégradations et incidents " dans un Tweet "Le foot, ça n'est pas ça".

A Paris, 40 personnes ont été placées en garde à vue, dont 10 mineurs, pour des feux et des jets de projectile. Selon un premier bilan de la préfecture de police, des vols ont été commis dans cinq magasins.

Les forces de l'ordre ont eu recours au gaz lacrymogène pour disperser la foule, rapporte Sputnik France. Cinq personnes, dont deux membres des forces de l'ordre, ont été blessées dans ces heurts. D'autres incidents ont été observés, comme en Seine-et-Marne, où des poubelles ont été incendiées et des policiers pris à partie, et à Roubaix, où 14 personnes ont été interpellées. En plus des accessoires, certains ont quitté la boutique Ducati avec... des motos, comme en témoignent des images sur les réseaux sociaux. J'ose le dire: comme cela a été possible avec les Gilets Jaunes, .

Le maire du XVIIe arrondissement, Geoffroy Boulard (LR), "en colère" après ces scènes de "pillages inadmissibles", a estimé qu'il y avait eu "à l'évidence un problème de sécurité".

Inquiet pour le prochain match de l'Algérie prévu dimanche (21H00), il affirme avoir eu des garanties pour que la surveillance soit "renforcée".

"La garde à vue du conducteur se poursuivait ce vendredi, a indiqué à l'AFP le procureur de la République, Christophe Barret, précisant que le jeune homme était entendu pour " homicide involontaire et blessures involontaires " ainsi que " manquement délibéré à des obligations de prudence ". La mère de l'enfant est décédée sur le coup, tandis que ce dernier a été hospitalisé en état d'urgence absolu, indique Le Parisien.

S'indignant de "débordements (.) aussi inacceptables qu'insupportables", le parti Les Républicains (droite) a réclamé "une tolérance zéro".

Dernières nouvelles