Cinéma. Luc Besson cède sa société Europacorp à un fonds américain

Luc Besson le 17 février 2018 à Berlin

Luc Besson le 17 février 2018 à Berlin

La société de Luc Besson, en grandes difficultés financières, a confirmé dimanche 14 juillet au soir discuter avec l'un de ses créanciers, le fonds d'investissement américain Vine, en vue d'une "éventuelle prise de participation au capital".

En tant que créanciers, Vine Alternative Investments jouait déjà un rôle dans les négociations avec Pathé: la société de Luc Besson a des dettes d'environ 80 millions de dollars, et c'est l'une des raisons qui ont bloqué les discussions avec Pathé. Au 30 septembre 2018, la dette nette de la société s'élevait à 222 millions d'euros, selon le rapport annuel du groupe, avec des échéances en octobre 2019 pour la dette senior et avril 2020 pour la dette de second rang.

Le groupe Vine "a marqué son intérêt pour une éventuelle prise de participation au capital de la société", écrit dimanche EuropaCorp dans un communiqué transmis à l'AFP. L'accord conclu entre Besson et son nouvel ami américain doit encore être validé par le juge du tribunal de commerce de Bobigny, sous la protection duquel a été placée Europacorp. Le groupe ne peut donc donner aucune assurance quant à l'aboutissement de cette opération, ni préciser le calendrier ou la structure qui résulteraient, le cas échéant, des discussions en cours.

Confronté actuellement à des entrées en salle décevantes pour son film Anna, Europacorp a été placé le 13 mai en procédure de sauvegarde pour six mois, en raison de son surendettement. Soit davantage que les 82 millions de pertes enregistrés sur l'exercice précédent. Un pâle résultat pour ce film au budget de plus de 30 millions de dollars, loin derrière les 238,7 millions de recettes de "Toy Story 4", sorti en même temps.

Vous avez aimé cet article?

Dernières nouvelles