Ils repèrent un disque de débris "impossible" autour d'un trou noir

Un trou noir repéré par la Nasa met à mal toutes les hypothèses des scientifiques

ESPACE- Face à cette découverte les astronomes ont dû admettre que certaines de leurs précédentes hypothèses étaient faussesPlus

"C'est un coup d'œil intriguant sur un disque très proche d'un trou noir, si proche que les vitesses et l'intensité de l'attraction gravitationnelle affectent la façon dont nous voyons les trajets lumineux " explique Bianchi.

Au cœur de la galaxie spirale NGC 3147, située à 130 millions d'années-lumière, le télescope Hubble aurait détecté un trou noir aux caractéristiques étonnantes.

Dans une galaxie pauvre en champ gravitationnel telle que la NGC 3147, les trous noirs sont habituellement " mal nourris " La quantité de matière qu'ils absorbent est très faible. Ces noyaux actifs de galaxie (AGN) sont, en outre, généralement bien plus lumineux. En effet, ce dernier présenterait un "disque d'accrétion", formé par tout un tas de débris et de poussières que la rotation rapide du système vient agréger puis compacter.

C'est la présence de ce disque qui a surpris les scientifiques, souligne Le Parisien.

"Le type de disque que nous voyons est celui d'un quasar réduit, que nous ne pensions pas pouvoir exister " explique l'astronome et premier auteur de l'étude, Stefano Bianchi, de l'Université Roma Tre en Italie. Il ajoute: " Les prédictions des modèles actuels concernant la dynamique des gaz dans les galaxies faiblement actives ont clairement échoué. Un trou noir est totalement invisible pour les télescopes mais ce que l'on peut voir c'est le disque de matières et de gaz qui gravitent autour.

Rappelons que c'est la théorie de la relativité d'Albert Einstein qui a permis de prédire l'existence des trous noirs, en 1916. Ironiquement, les astronomes ont initialement choisi NGC 3147 comme candidat pour prouver que les disques ne peuvent pas se former autour de trous noirs plus petits. À la base, ces derniers avaient justement sélectionné NGC 3147 pour valider les modèles de galaxies acceptés. Ce que nous avons vu était quelque chose de complètement inattendu, poursuit Ari Laor, de l'Institut de technologie Technion-Israel.

La prochaine étape pour cette équipe de recherche sera de traquer d'autres galaxies présentant cette configuration, à savoir un trou noir de faible puissance mais avec un disque d'accrétion très compact.

Dernières nouvelles