Treize magasins Tati vont fermer, 189 collaborateurs vont être reclassés

L'enseigne historique ne va perdurer qu'à Barbès à Paris

L'enseigne historique ne va perdurer qu'à Barbès à Paris. AFP

Il n'en restera qu'un.

Ces fermetures vont entrainer 189 suppressions de postes - les salariés seront reclassés en interne - et en 2020, "il ne restera qu'un seul Tati en France, celui de Barbès" à Paris, a-t-il précisé au terme d'une réunion du comité central d'entreprise du groupe.

La célèbre enseigne au Vichy rose et blanc va fermer treize magasins, et une centaine d'autres passeront sous pavillon Gifi d'ici 2020.

"Cette " réorientation stratégique " répond à " une logique économique et sociale de préservation des emplois ", les tests effectués par le groupe démontrant que les magasins Tati déjà passés sous l'enseigne Gifi dégagent de meilleurs chiffres d'affaires, a expliqué Philippe Ginestet.

Mais les pertes de l'entité Tati ont été trop importantes en 2018, "de l'ordre de 28 millions d'euros" selon Philippe Ginestet, et "malheureusement" cette année elles le seront encore plus, a-t-il affirmé. "Un PSE est en projet et concernerait 189 collaborateurs pour qui des mesures de reclassement seraient alors mises en place", indique Philippe Ginestet. En 2017, 1.400 emplois avaient été sauvés lors de cette reprise, un chiffre qui est descendu à 1.200 aujourd'hui, répartis dans une centaine de magasins.

Deux ans après la reprise de Tati par le Groupe Philippe Ginestet, quel bilan tirer? Le plan de relance avait été soigneusement ficelé par le propriétaire de Gifi, autre enseigne à petits prix mais spécialisée dans l'équipement de la maison. D'où la nécessité de " nous adapter pour repenser l'organisation globale du réseau dans une approche responsable vis-à-vis de nos équipes pour maintenir nos performances et nos emplois", a souligné M. Ginestet.

Pour le dirigeant, " l'enseigne Tati a beaucoup souffert ces quinze dernières années", à tel point qu'on se demandait si elle existait encore. Heureusement, la boutique historique de la marque, située à Barbès-Rochechouart, sera encore et toujours sur pied.

Dans la région, dix magasins sont susceptible d'être concernés par ces fermetures: Roques (31), Castres et Albi (81), Pamiers (09), Ibos (65), Carcassonne et Narbonne (11), Perpignan (66), Alès (30) et Agde (34).

Dernières nouvelles