Une mobilisation internationale contre les "promos sur le dos des salariés" — Amazon

Grève sur sept sites allemands d'Amazon pour réclamer une amélioration des conditions de travail à l'occasion des journées de super promotions

Une mobilisation internationale contre les "promos sur le dos des salariés" — Amazon

"Nous sommes des humains, pas des robots".

A l'occasion du "Prime Days", des millions de salariés d'Amazon en Europe et aux Etats-Unis se sont coordonnées pour réclamer à l'unisson une amélioration de leur salaire et de leur condition de travail. "Nous créons beaucoup de richesse pour Amazon, mais ils ne nous traitent pas avec le respect et la dignité que nous méritons", dit l'un des grévistes, Safiyo Mohamed, dans un communiqué.

En Allemagne, "plus de 2.000" salariés sur sept sites à travers le pays on rejoint cette action.

En Allemagne, la direction locale du groupe avait indiqué en amont ne prévoir aucune perturbation dans ses livraisons de commandes. Mais pour le site, "c'est encore un nouvel exemple de la volonté accrue du management et des salariés de niveau inférieur de dénoncer leur employeur", et un signe que "la promesse faite par Amazon l'an dernier de payer un salaire minimum de 15 dollars n'est pas suffisante pour contenter ses employés". "Nous avons reçu des informations horrifiantes sur des employés obligés d'uriner dans des bouteilles en plastique faute de pouvoir aller aux toilettes ou sur des femmes enceintes forcées de rester debout et certaines visées par des licenciements", accuse le syndicat britannique GMB dans un communiqué relayé par l'AFP.

Les salariés de sept centres d'Amazon en Allemagne ont entamé dimanche soir une grève qui doit durer au moins jusqu'à lundi soir.

"Amazon offre ces rabais aux clients aux dépens des salaires de ses propres employés et en fuyant les négociations collectives" déplore Orhan Akman, du syndicat allemand Verdi. En France, où les grèves se sont multipliées au cours des derniers mois, une quinzaine de salariés (sur 2.500) ont répondu à l'appel des syndicats Sud, FO et CGT et ont tenté de freiner la sortie de camion du site logistique de Lauwin-Planque, dans les Hauts-de-France, rapporte "La Voix du Nord ".

Depuis 2013, les syndicats européens d'Amazon, qui ont peiné à se faire reconnaître par la direction, se mobilisent régulièrement, de préférence à l'occasion des journées cruciales en termes de ventes comme les Prime Days et le Black Friday. En 2018, une cinquantaine de grèves ont été organisées par différents syndicats en Europe.

Outre les cadences jugées trop rapides, la surveillance à travers des méthodes contestées de " tracking " ou la suppression des pauses, les employés d'Amazon Logistics déplorent leurs salaires trop faibles et réclament des conventions collectives, ou un dialogue social plus apaisé. Ils réclament également la transformation d'un plus grand nombre d'emplois temporaires - qui ne comportent généralement pas d'avantages sociaux - en postes à temps plein.

Dernières nouvelles