La fièvre Ebola déclarée "urgence de santé publique internationale" — RDC

La fièvre Ebola déclarée

La fièvre Ebola déclarée "urgence de santé publique internationale" — RDC

De son côté, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé à la communauté internationale de "redoubler d'efforts": "Nous avons besoin de travailler ensemble avec la RDC pour en finir avec cette épidémie et construire un meilleur système de santé".

Les experts réunis à Genève depuis mercredi midi ont également exprimé leur déception au sujet des retards dans le financement de l'aide. Près de 78 000 personnes ont été vaccinées contre Ebola en RDC depuis le 8 août 2018.

L'urgence sanitaire mondiale est une mesure exceptionnelle, qui n'a été décrétée que quatre fois seulement par l'OMS: en 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 pour l'épidémie d'Ebola qui a fait plus de 11 300 morts dans trois pays d'Afrique de l'Ouest (Liberia, Guinée, Sierra Leone) et en 2016 pour le virus Zika.

Cette procédure signifie que la situation est "grave, soudaine, inhabituelle ou inattendue ", avec des conséquences sanitaires "au-delà des frontières nationales de l'État touché", ce qui "peut exiger une action internationale immédiate ", selon les critères du Règlement sanitaire international.

La décision de l'OMS n'a aucun impact à Goma (est) où les deux postes-frontières avec le Rwanda sont ouverts jeudi matin et aussi fréquentés que d'habitude, a constaté un correspondant de l'AFP.

Peuplée d'un à deux millions d'habitants, posée à la frontière avec le Rwanda et voisine de l'Ouganda, Goma est un carrefour dans cette région en crise depuis 25 ans. Sur le plan aérien, elle dispose de liaisons avec l'Ouganda, l'Ethiopie et Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo.

Le patient de Goma est décédé depuis mais se pose désormais la question du nombre de contacts qu'il a pu avoir à partir du moment où il a développé les premiers symptômes.

Des Congolais font la queue à une station de lavage des mains sur une route entre Butembo et Goma, dans l'Est de la RDC, le 16 juillet 2019.

"Par ailleurs, mercredi soir, les autorités ougandaises ont annoncé rechercher des personnes qui ont été en contact avec un cas confirmé d'Ebola originaire de la RDC". Le virus se transmet à l'être humain par contact soit avec des animaux infectés (en général en les dépeçant, en les cuisant ou en les mangeant), soit avec des fluides biologiques de personnes infectées.

Depuis des semaines, l'épidémie d'Ebola échappe à tout contrôle dans la province du Nord-Kivu, au nord-est de la République démocratique du Congo.

Le ministre a détaillé son exigence de transparence envers les ONG et partenaires impliqués dans la riposte anti-Ebola (Unicef, MSF, Oxfam.): "Le danger à ce stade-ci c'est que plusieurs pays donateurs choisissent de donner directement certains fonds à certaines agences, à certains acteurs". Le Comité a notamment reconnu qu'il y avait une pénurie de vaccins jugés efficaces pour contrecarrer l'épidémie. Ainsi, le comité recommande que l'OMS travaille "en collaboration avec les États Membres et les fabricants pour prendre immédiatement toutes les mesures visant à accroître l'approvisionnement, y compris en envisageant de travailler avec des entreprises de fabrication sous contrat (CMO) et le transfert de technologie." .

Dernières nouvelles