Les laits hypoallergéniques dangereux pour les bébés ?

Les chercheurs recommandent de tester les préparations avant de vanter un potentiel effet protecteur pour les nourrissons

Les chercheurs recommandent de tester les préparations avant de vanter un potentiel effet protecteur pour les nourrissons

Les préparations alimentaires infantiles hypoallergéniques ont longtemps été considérées comme efficace pour diminuer les risques d'allergie chez les enfants qui pourraient avoir une tendance allergique (avec au moins un parent ou un membre de la fratrie qui a des antécédents allergiques). Ce type de fragmentation a pour but d'empêcher le bébé de développer des allergies. Toutefois, une étude de grande ampleur menée par l'Inserm et l'Inra questionne l'intérêt de ces produits. Elle vise à mieux comprendre comment l'environnement affecte le développement, la santé, la socialisation et les parcours scolaires des enfants.

Censés éviter aux enfants de développer des allergies plus tard, ces laits sont recommandés pour les nourrissons considérés comme à risque et qui ne sont pas exclusivement allaités au sein.

Sceptique sur l'efficacité de ces laits infantiles, une équipe de chercheurs de l'Institut national de recherche agronomique (INRA) et de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) s'est penchée sur le sujet. Les protéines du lait sont découpés en petit morceaux grâce à une hydrolyse partielle. Mais l'efficacité de ces préparations est controversée: " trop peu de données sont disponibles sur leur influence dans la prévention des allergies en conditions réelles d'utilisation ". "Les scientifiques n'ont observé aucun effet protecteur de ces produits contre d'éventuelles manifestations allergiques" (eczéma, sifflements respiratoires, asthme, allergies alimentaires) par rapport aux préparations infantiles classiques. "Et certaines sociétés de pédiatrie comme la société américaine de pédiatrie et la société suisse de pédiatrie ont récemment retiré leur recommandation vis-à-vis de ces préparations infantiles", rappellent les chercheurs dans un communiqué. "Pourtant, la moitié d'entre eux n'avait aucun antécédent familial d'allergie qui justifierait leur prescription", relèvent les chercheurs. " Au contraire, l'utilisation à 2 mois de préparations hypoallergéniques chez des enfants sans signe d'allergie à cet âge était associée, dans les années qui suivent, à un risque plus élevé de sifflements respiratoires et d'allergies alimentaires ", précisent-ils.

Ces résultats doivent toutefois "être complétés par de nouvelles études" car ils "ne permettent pas d'établir de lien de causalité", nuancent toutefois les scientifiques. Ces recherches devraient être encouragées par un nouveau règlement européen qui entrera en vigueur en 2021 et qui imposera la réalisation d'études cliniques sur ces produits avant de promettre des effets protecteurs contre les allergies. Reste que ces résultats "soulignent la nécessité de réaliser des études cliniques sur ces préparations avant de promouvoir leur potentiel effet hypoallergénique", insistent les chercheurs.

Dernières nouvelles