Les États-Unis accusent officiellement la Chine de manipuler sa monnaie

Les États-Unis accusent officiellement la Chine de manipuler sa monnaie

Les États-Unis accusent officiellement la Chine de manipuler sa monnaie

Vers 09H25 GMT (11H25 à Paris), le yuan onshore est tombé à 7,0499 yuans pour un dollar pour la première fois en onze ans, tandis que le yuan offshore, plus libre, a atteint en début d'échanges asiatiques 7,1114 yuans pour un dollar, pour la première fois depuis 2010.

"La partie américaine n'a pas tenu compte des faits et a qualifié de manière déraisonnable la Chine de manipulateur de monnaie", a-t-elle ajouté dans un communiqué. Les trois grands indices de Wall Street ont enregistré leur pire journée de l'année: le Dow Jones Industrial Average a perdu 2,90 %, le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 3,47 %, et l'indice élargi S&P 500 a lâché 2,98 %.

Pékin n'a visiblement pas apprécié les dernières menaces de Donald Trump, le président américain, d'imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises à compter du 1er septembre 2019.

La monnaie chinoise n'est pas entièrement convertible et la Banque centrale chinoise fixe chaque jour un taux pivot, qui s'inscrivait lundi en repli de 0,33 % par rapport à vendredi.

Mais les marchés jouaient le yuan à la baisse, le faisant tomber jusqu'à près de 7,11 yuans pour un dollar en début de journée, avant un redressement laissant supposer que la Banque centrale serait intervenue pour calmer les marchés.

La Banque centrale chinoise " s'est engagée à maintenir un taux de change du yuan à un niveau raisonnable et stable", a-t-il dit.

"Washington a contre-attaqué. Son secrétaire américain au Trésor a estimé que la Chine avait manipulé sa devise, peut-on lire dans un communiqué". Dans la nuit de dimanche à lundi, l'agence officielle Chine nouvelle a confirmé que les entreprises chinoises avaient cessé d'acheter des produits agricoles en provenance des États-Unis. C'est une " première " depuis plus de 10 ans et un avertissement lancé aux Etats-Unis. En clair, une baisse de la monnaie chinoise favorise les exportations de ce pays et diminuerait les conséquences de l'augmentation des droits de douane américains sur les produits chinois. Ce sera donc la prochaine intervention de Donald Trump qui sera importante pour le yuan.

Mais laisser filer la devise sous les 7 yuans montre que les autorités chinoises "ont pratiquement abandonné tout espoir d'un accord commercial" avec Washington, estime M. Evans-Pritchard.

Avec le regain de tensions entre les Etats-Unis et la Chine, "les risques pour l'économie américaine, qui étaient la raison pour laquelle la Fed a baissé ses taux mercredi dernier malgré des données économiques solides, ont augmenté considérablement", a souligné Esther Reichelt, analyste pour Commerzbank.

Les américains réclament à Beijing des réformes structurelles pour interdire par exemple les subventions aux entreprises publiques, les transferts de technologie imposés aux entreprises étrangères et le " vol " de la propriété intellectuelle américaine.

Mais en représailles aux dernières menaces de Donald Trump, Pékin a demandé à ses entreprises publiques de cesser l'achat de produits agricoles américains. La décision du département du Trésor pourrait ouvrir la voie à davantage de sanctions américaines contre la Chine.

Dernières nouvelles