L'inquiétude reste vive sur le risque d'une pollution au plomb — Notre-Dame

Notre-Dame: des taux de plomb chez les enfants supérieurs au seuil de vigilance

Plomb autour de Notre-Dame: l’inquiétude reste vive

L'information figurait dans le dossier de presse publié par l'agence régionale de santé (ARS) le 18 juillet.

Sur ces 164 enfants, 146 se situent sous le "seuil de vigilance" (25 à 50 microgrammes de plomb par litre de sang), 16 sont à l'intérieur de ce seuil, et 2 dépassent le seuil de déclaration obligatoire de saturnisme (50). Un " seuil de vigilance " est établi à 25 µg/l. Éloigner un individu d'une source d'exposition au plomb permet de faire baisser sa plombémie.

L'un des deux enfants chez lesquels le dépistage a permis de déceler un taux de plomb supérieur au seuil de déclaration obligatoire avait été identifié dès le mois de juin mais les analyses effectuées à son domicile avaient montré "des causes multiples d'exposition au plomb dont certaines sans lien avec l'incendie de Notre-Dame", avait précisé l'ARS dans un précédent rapport. A ce stade, il n'est pas possible de dire avec certitude que le dépassement du seuil de 50 µg/l chez cet enfant est lié à l'incendie de la cathédrale.

Pendant l'incendie qui a très gravement endommagé la cathédrale Notre-Dame de Paris le 15 avril, plusieurs centaines de tonnes de plomb contenues dans la charpente de la flèche et la toiture ont fondu et une partie de ce métal toxique s'est répandue sous forme de particules.

Pour l'autre, révélé mardi, une enquête est en cours.

À partir de prélèvements de ces dernières années, l'ARS a estimé à 5.000 µg/m2 le niveau de pollution au plomb qu'on peut s'attendre à retrouver dans les rues de la capitale.

Aucune campagne de dépistage systématique n'a été lancée, mais les enfants et les femmes enceintes des zones potentiellement concernées ont été incités à se faire dépister. Cela a abouti à la fermeture par précaution fin juillet d'un groupe scolaire rue Saint-Benoît (VIe arrondissement), qui accueillait des enfants en centre de loisirs pour les vacances d'été.

Au total, selon la mairie de Paris, une quinzaine de crèches et d'écoles situées dans le voisinage immédiat ou plus lointain de la cathédrale sont concernées par un nettoyage renforcé.

En outre, une opération de dépollution doit être entreprise. "Tous les parents seront destinataires individuellement d'un courrier, qui leur donnera les résultats dans l'école, ainsi que des préconisations de dépistage".

Au-delà de la question des écoles, le chantier de la cathédrale a été suspendu fin juillet, après que de hauts niveaux de plomb eurent été mesurés sur le parvis et à l'intérieur du monument. Elle consiste à appliquer un gel sur deux rues adjacentes et le parvis pour retirer les particules de plomb, un peu à la manière d'une crème dépilatoire. Des associations et un collectif de syndicats de la CGT demandent le confinement du site et d'autres mesures. LIRE AUSSI "Les riverains doivent nettoyer leurs logements" Dans l'attente de nouveaux résultats dévoilés ce mardi par la mairie de Paris, Annie Thébaud-Mony estime que confiner sous des bâches étanches la plus célèbre cathédrale de France est la seule solution pour prévenir de nouveaux panaches de vent contaminés.

Les dangers du plomb pour la santé. Il doit reprendre progressivement à partir de la semaine du 12 août, avec de nouvelles mesures de protection pour les travailleurs.

Dernières nouvelles