Espagne : trois des cinq Français accusés de viol collectif incarcérés

L’avocat de l’un des suspects évoque le contexte particulier de Benidorm, connu comme un lieu de fête entre jeunes

L’avocat de l’un des suspects évoque le contexte particulier de Benidorm, connu comme un lieu de fête entre jeunes

Ils sont âgés de 18 à 19 ans.

Les deux amies norvégiennes ont pu fournir des éléments concernant l'identité des cinq Français, âgés de 18 à 19 ans, grâce à leurs profils sur les réseaux sociaux.

Après un passage devant une juge d'instruction, trois des suspects ont été placés en détention provisoire, les deux autres ont été remis en liberté, sans mesures de contrôle judiciaire.

Cinq jeunes Français ont été interpellés mercredi en Espagne, soupçonnés de viol en réunion sur la personne d'une Norvégienne de 20 ans, dans un logement touristique de la station balnéaire de Benidorm (sud-est), écrit l'AFP, se référant aux déclarations de la Garde civile. Une jeune Norvégienne âgée de 20 ans a été victime d'un viol collectif.

La victime a expliqué aux enquêteurs qu'elle était entrée en contact avec les jeunes Français par l'intermédiaire d'un réseau social et qu'elle les avait rejoint avec une amie.

Un gendarme français avait participé à l'opération ayant permis l'arrestation des suspects mercredi matin, dans le cadre d'un programme de collaboration estivale.

Ces cinq jeunes Français " sont inculpés dans une enquête ouverte pour des délits d'abus sexuel, sans préjuger d'une ultérieure requalification " des faits, ont souligné les autorités judiciaires. Il intègre notamment les patrouilles sur les sites très fréquentés par les touristes.

Les cinq accusés "sont des bacheliers, des gentils gosses, pas des jeunes à problèmes en France", a affirmé à l'AFP Me Frédéric David. "Son client, a-t-il précisé, a reconnu " un rapport sexuel " avec la plaignante, mais en assurant qu'il s'agissait d'une relation " consentie et pas en réunion ". Et de rappeler non seulement "le contexte particulier de Benidorm, un lieu de fête entre jeunes", mais aussi le "caractère très explicite de l'application de rencontre, Tinder". "La meute" avait provoqué un vif émoi dans le pays et une grande mobilisation féministe.

Dernières nouvelles