Huawei: "HarmonyOS" pour concurrencer Android

Huawei:

Huawei: "HarmonyOS" pour concurrencer Android

"Nous voulons apporter davantage d'harmonie (.) dans le monde", a commenté M. Yu, alors que Huawei est placé sur une liste noire par les Etats-Unis, qui le soupçonnent d'espionnage au profit de Pékin, ce qu'il dément.

Cette interdiction concerne également Google et la fourniture de son système Android, qui équipe l'immense majorité des smartphones dans le monde, dont ceux de Huawei.

Le groupe s'est toujours publiquement défendu de vouloir remplacer Android sur ses téléphones par un système d'exploitation maison mais affirme y être contraint par les sanctions américaines.

Cette télévision intelligente sera disponible à partir de jeudi en Chine et commercialisée par Honor, la deuxième marque de smartphone de Huawei destinée à une clientèle plus jeune, a annoncé samedi son PDG, George Zhao. Les smartphones devraient en priorité fonctionner sous Android. Google travaille aussi sur son propre projet de système d'exploitation polyvalent, "mais ce n'est pas encore au stade de la réalisation", a-t-il observé. En plus du bannissement du marché américain, cet ajout interdit aux sociétés comme Google, Intel ou Qualcomm de collaborer ou de fournir des produits au constructeur chinois.

Cela fait plusieurs mois que différentes sources évoquent le plan B de Huawei, un système d'exploitation que le constructeur pourrait utiliser s'il était définitivement banni de l'écosystème Android de Google. Il sera ensuite étendu à d'autres appareils (montres, enceintes, systèmes pour automobiles.), en Chine d'abord puis dans le reste du monde. Baptisé Harmony OS, le système est censé tourner sur tous les types d'équipements. Huawei promet enfin une sécurité accrue grâce au design isolant le micro-kernel de la plupart des services systèmes et à l'emploi inédit d'un processus de vérification de l'environnement d'exécution (Trusted Execution Environment ) sur l'appareil.

En attendant, Huawei reste au coeur de la discorde sino-américaine. Suite à la décision de Washington, Google a donc suspendu la licence Android de Huawei, une licence essentielle pour accéder à certaines mises à jour et aux applications essentielles comme le Play Store sur les futurs modèles.

Dernières nouvelles