Trump renouvelle son soutien à la détention d'armes — États-Unis

Principales fusillades aux Etats Unis depuis 2012

Trump renouvelle son soutien à la détention d'armes — États-Unis

Le puissant lobby américain des armes NRA a exprimé jeudi son opposition à des réformes visant à renforcer les contrôles sur les ventes d'armes, réclamées par de nombreux acteurs depuis les fusillades meurtrières du week-end. "Il y a un " soutien extraordinaire " au Congrès à ce sujet, a-t-il ensuite affirmé à la presse".

L'influent directeur général de la National Rifle Association, Wayne La Pierre, s'est entretenu mardi avec le président Donald Trump pour lui rappeler que sa base de supporteurs n'appréciait pas les réformes en discussion au Congrès, a rapporté le journal Washington Post. "J'ai parlé avec la NRA et d'autres afin que leurs opinions tranchées puissent être pleinement représentées et respectées", a-t-il tweeté. "Je suis le plus grand défenseur du Deuxième amendement qu'il puisse y avoir", avait tonné le président, en référence au droit constitutionnel - sujet à interprétation - de détenir une arme.

Les armes à feu, auxquelles une grande partie des Américains sont très attachés, ont fait près de 40 000 morts aux États-Unis en 2017, en incluant les suicides. Le débat sur les armes a repris, comme après chaque drame.

" Mais je peux confirmer que la NRA s'oppose à toute loi qui empièterait injustement sur les droits des honnêtes citoyens ", a-t-il ajouté. Selon lui, " les propositions en discussions n'auraient pas empêché les tragédies horribles d'El Paso et de Dayton ".

Concrètement, deux réformes différentes sont à l'étude.

Après les nouvelles fusillades, plus de 200 maires républicains et démocrates lui ont demandé de convoquer le Sénat en urgence pour passer au vote. Ces mesures n'ont jamais été inscrites à l'ordre du jour du Sénat par le chef de la majorité, Mitch McConnell, habile stratège qui sait d'ordinaire finement jauger les chances de passage d'un texte. "Quand nous rentrerons, j'espère qu'on pourra se mettre d'accord et adopter quelque chose", a-t-il ajouté sans plus de précision.

Des sénateurs républicains ont de leur côté proposé une réforme qui permettrait de confisquer les armes de personnes signalées comme dangereuses par leur entourage. Les démocrates, qui, à l'approche de la présidentielle de 2020, ont fait de la régulation du marché des armes un argument de campagne, craignent que cette réforme soit inutile sans " contrôles universels " des antécédents.

Une telle mesure aurait peut-être servi à éviter la tuerie du Texas.

L'Amérique est en deuil après les deux fusillades. Comme il n'y avait rien d'illégal, la conversation s'était rapidement conclue. Ses intentions restent inconnues.

Dernières nouvelles