Le gouvernement dénonce des chiffres "sensationnalistes" — Déforestation au Brésil

Brésil: accusé d'exagérer l'ampleur de la déforestation un responsable limog

Brésil: accusé d'exagérer l'ampleur de la déforestation un responsable limog

Ils confirment un état des lieux préoccupant, que le président d'extrême droite Jair Bolsonaro remet pourtant régulièrement en cause. Cette immense forêt considérée comme le "poumon de la planète" est menacée notamment par l'agriculture, l'élevage et les activités minières.

Au cours du seul mois de juillet, 2255 km2 de forêt amazonienne ont disparu, soit presque la superficie du Luxembourg et plus de trois fois plus qu'en juillet 2018 (597 km2), montrent les chiffres publiés en ligne par l'INPEInstitut national de recherche spatiale du Brésil. L'institut avait annoncé une augmentation de 88 % de la surface déforestée sur juin 2019 par rapport à juin 2018.

Le ministre de l'Environnement Ricardo Salles a cependant affirmé mercredi devant une commission parlementaire que ces données étaient le fruit "d'interprétations sensationnalistes de médias".

Le président Bolsonaro s'en est pris violemment aux données fournies par l'INPEInstitut national de recherche spatiale du Brésil, dont il a limogé vendredi le directeur, l'accusant de mentir au détriment des intérêts du Brésil.

Le gouvernement a nommé dans la foulée un nouveau directeur par intérim, un militaire sommé désormais de présenter au président Bolsonaro toute nouvelle donnée avant de la rendre publique.

"Jair Bolsonaro, lui-même, a qualifié lundi 5 août de " mauvais Brésiliens " ceux qui " osent faire campagne avec des données mensongères sur notre Amazonie ". "Nous avons la responsabilité de faire en sorte que l'Amazonie continue à nous appartenir, sans renoncer à l'exploiter en respectant les préceptes du développement durable", a-t-il ajouté.

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés...

"À quoi ça sert de parler de chercher de l'or en terres indigènes?"

Dernières nouvelles