Explosion en Russie: Les employés travaillaient sur de "nouveaux armements"

Tir d'un missile antibalistique russe depuis un polygone du ministère russe de la Défense

Explosion en Russie : les victimes travaillaient sur de « nouveaux armements »

"Nous remplirons les devoirs que nous a confiés notre Patrie".

"Il avait alors assuré qu'il " n'y a pas eu de contamination radioactive ", mais la mairie d'une ville située près de la base avait dit avoir " enregistré une brève hausse de la radioactivité " avant de retirer sa publication. Le site est spécialisé dans les essais de missiles balistiques appartenant à la flotte russe. La radioactivité a dépassé jusqu'à 16 fois le niveau habituel, a indiqué mardi l'agence russe de météorologie.

L'un des capteurs a notamment relevé un taux de radioactivité de 1,78 microsievert par heure, tandis que la limite règlementaire est de 0,6 microsievert en Russie et que la radioactivité naturelle moyenne à Severodvinsk est de 0,11 microsievert. Pour rappel, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que les risques de cancer peuvent augmenter à partir de 50.000 microsieverts reçus et l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français recommande une mise à l'abri des populations à partir de 10.000 microsieverts. Selon elle, ils travaillaient sur "de nouveaux armements" et fournissaient de l'ingénierie et un soutien technique pour "la source d'énergie isotopique" du moteur d'un missile en train d'être mis au point. D'une " portée illimitée " selon le président, il serait capable de surmonter quasiment tous les systèmes d'interception. "Ce sont des héros de la Russie", a clamé lors de l'enterrement le directeur du centre de Sarov, Valentin Kostyukov, cité par le Washington Post "Ils ont pris une double responsabilité: en plus d'avoir développé des technologies et des produits uniques, ils ont pris le risque physique de mener les tests", a-t-il continué.

"Selon des experts américains, l'accident, dont les autorités n'ont reconnu que samedi le caractère nucléaire, pourrait être lié aux tests du missile de croisière " Bourevestnik ", l'une des nouvelles armes " invincibles " évoquées récemment par Vladimir Poutine. La ville fermée de Sarov, qui accueille le principal centre de recherches nucléaires russe, a décrété dimanche une journée de deuil et les cinq spécialistes tués seront décorés à titre posthume après leurs funérailles lundi. Le président américain Donald Trump a affirmé lundi en savoir "beaucoup" sur l'explosion, assurant même que les Etats-Unis avaient une arme similaire, une affirmation immédiatement démentie par un expert respecté.

"Les États-Unis en ont appris beaucoup sur l'explosion d'un missile défectueux en Russie", a tweeté le milliardaire républicain, mentionnant le missile "Skyfall". "Voilà qui est bizarre". Il a menacé de déployer ces nouvelles armes pour viser les "centres de décision" dans les pays occidentaux. "Nous n'avons pas de programme de missile de croisière à propulsion nucléaire", a répliqué, lui aussi sur Twitter, l'expert américain Joe Cirincione. "Nous avons essayé d'en développer un, dans les années 1960, mais c'était trop délirant, trop infaisable".

Dernières nouvelles