" "Un rapport alerte sur les risques désastreux d'un " no deal " — Brexit

Brexit : l'opposition s'organise pour neutraliser Boris Johnson

Plus de 100 députés veulent que Johnson rappelle le Parlement

"C'est un signal clair aux citoyens de ce pays: nous allons quitter l'UE comme promis le 31 octobre, quelles que soient les circonstances", a déclaré dans un communiqué Steve Barclay, ministre chargé du Brexit.

Il doit rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel mercredi à Berlin et le président français Emmanuel Macron jeudi à Paris. Cette réunion aura lieu avant le sommet du G7, la réunion des grandes puissances mondiales, du 24 au 26 août.

"Notre pays est au bord d'une crise économique alors que nous nous dirigeons vers un Brexit sans accord ", écrivent ces parlementaires qui veulent empêcher un tel scénario.

Sur le papier, cette perspective semble possible pour les travaillistes car le gouvernement de M. Johnson ne dispose que d'une majorité d'une voix au Parlement.

Un mois de septembre qui s'annonce explosif puisque les députés devront également se prononcer sur une motion de défiance proposée par le leader de l'opposition Jeremy Corbyn. M. Corbyn espère, s'il parvient à faire tomber M. Johnson, devenir chef du gouvernement par intérim, puis chercher à obtenir un nouveau report de la date du départ de l'UE pour éviter un Brexit sans accord, et convoquer ensuite des élections anticipées.

La plupart des Britanniques estiment que le Premier ministre Boris Johnson doit parvenir à sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne "par tous les moyens", même si cela nécessite de contourner le vote du Parlement, montre un sondage effectué pour le Telegraph.

Un Brexit sans accord provoquerait des pénuries et le retour à une frontière physique entre les deux Irlande, selon un rapport officiel obtenu par le Sunday Times.

Selon ces papiers, les sociétés transportant des marchandises par la Manche vers et depuis l'Europe peuvent notamment être confrontées à des problèmes douaniers et mettront plus de temps pour passer la frontière, ce qui affectera les livraisons de médicaments, y compris de vaccins contre la grippe et d'insuline, et provoquera la montée des prix des services sociaux, d'après le journal qui n'explique pas comment il a pris possession du rapport.

Le Times souligne que ces prévisions du gouvernement britannique ne présentent pas le scénario du pire, mais bien les répercussions les plus probables d'un Brexit sans accord.

Dernières nouvelles