G7 : cinq personnes interpellées après un appel à attaquer des gendarmes

G7 à Biarritz: quatre des cinq personnes soupçonnées de vouloir s'en prendre aux forces de l'ordre ont été remises en libert

G7 : 5 individus soupçonnés de vouloir s'en prendre aux forces de l'ordre interpellés

Quatre d'entre elles ont été relâchées ce mardi. Ils sont soupçonnés de vouloir s'en prendre à un hôtel où seront logés des gendarmes durant le G7, qui débute ce samedi à Biarritz (Pyrénées-Atlantique), indique BFMTV citant une source policière.

Les cinq personnes interpellées, trois hommes et deux femmes, étaient originaires d'Indre-et-Loire, d'Ille-et-Vilaine, du Vaucluse, de Seine-et-Marne et des Landes, a précisé à l'AFP le procureur de la République de Tours Grégoire Dulin, qui a été saisi du dossier lundi.

Interpellés par la police judiciaire de Tours et la section de recherches de Bordeaux, ils ont été placés en garde à vue pour association de malfaiteurs en vue de commettre un délit et de détruire des biens, précise la chaîne d'informations.

Les cinq personnes interpellées sont issues de la mouvance anarcho-autonome.

L'enquête est partie d'un message publié par une femme, domiciliée dans les Landes et qui figure parmi les personnes interpellées, désignant un hôtel réservé par les forces de l'ordre mobilisées pour le sommet.

Ces arrestations interviennent donc dans un contexte sécuritaire tendu à l'approche du sommet, qui se tient jusqu'au 26 août et sur lequel pèsent plusieurs menaces, notamment de "groupes violents".

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner se rendra à Biarritz ce mardi après-midi où il passera en revue le dispositif de sécurité. "Nous ne tolérerons aucun débordement".

La ville balnéaire, très fréquentée pendant l'été, est placée depuis plusieurs jours sous haute surveillance, alors que plus de 5000 délégués, personnels techniques et journalistes sont attendus pour le sommet.

Dernières nouvelles