Jour J pour le gouvernement populiste italien en péril

Italie: probable clap de fin pour le gouvernement populiste

Probable clap de fin pour le gouvernement en Italie

Selon toute probabilité, le Premier ministre Giuseppe Conte démissionnera ce mardi, officialisant une tonitruante rupture entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles, après seulement 14 mois de cohabitation.

Après le récent torpillage de la coalition populiste au pouvoir par Matteo Salvini, chef de La Ligue (extrême droite) et ministre de l'Intérieur, tous les scénarios sont possibles au cours d'une semaine décisive dont mardi sera la clef.

Ses messages martelés également sur les réseaux sociaux sur des thèmes porteurs - arrêt des arrivées de migrants, dénonciation d'une justice jugée trop laxiste envers les délinquants, priorité économique aux Italiens - lui ont permis de s'envoler dans les sondages et de phagocyter toute l'attention.

Tout reste néanmoins possible dans le très créatif paysage politique italien, dont les contours seront dictés par les formations politiques: un gouvernement M5S-PD? des élections anticipées à l'automne ou au printemps 2020? "J'irai voir le président de la République pour lui présenter ma démission", a déclaré Giuseppe Conte devant le Sénat mardi. A 15h, Giuseppe Conte s'exprimera devant les sénateurs.

Matteo Salvini, qui prendra aussi la parole devant le Sénat, pourrait tenter de nouveau de renverser le gouvernement à travers une motion de censure, même si cette démarche a peu de chances de l'emporter numériquement. Ce qui reviendrait à concrétiser l'objectif initial de Matteo Salvini lorsqu'il a fait voler en éclats le 8 août sa coalition formée avec M5S.

Si cette alliance inattendue devait échouer, une réconciliation entre les deux partenaires gouvernementaux, M5S et La Ligue, n'est pas totalement exclue même si elle semble très improbable.

Dans ce dernier cas de figure, Giuseppe Conte se rendrait mercredi à la Chambre des députés pour s'exprimer.

La balle passera alors dans le camp du président Sergio Mattarella qui mènera des consultations pendant plusieurs jours pour explorer la possibilité d'une nouvelle majorité gouvernementale et choisir une personnalité pour la mener.

L'idée d'une alliance PD-M5S est venue, par surprise, de l'ancien chef de gouvernement Matteo Renzi, toujours poids lourd du PD, qui a proposé à ses anciens ennemis du M5S une réconciliation et un gouvernement "institutionnel" pour adopter le dégraissage parlementaire, cher au M5S, et le budget.

Il a baptisé cet exécutif similaire aux grandes coalitions à l'allemande " Ursula ", en référence à la nouvelle présidente allemande de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Il rêve en effet de devenir chef du gouvernement italien, avec l'aide de Fratelli d'Italia (petit parti d'extrême droite) et Forza Italia (centre droit) de l'ex-Premier ministre Silvio Berlusconi.

Deux échéances importantes approchent: l'Italie doit donner un nom lundi pour le poste de commissaire européen qui lui revient, et son chef du gouvernement participera le week-end prochain au sommet du G7 à Biarritz.

Dernières nouvelles