Après l'essai d'un missile américain, Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire

C’est la première fois depuis la Guerre froide que les Etats Unis procède au lancement de ce type de missile

C’est la première fois depuis la Guerre froide que les Etats Unis procède au lancement de ce type de missile- Scott Howe AFP

La Russie dénonce "une escalade des tensions militaires".

Le test américain, réussi, a été effectué dimanche depuis l'île de San Nicolas, au large de la Californie, selon le Pentagone, qui a précisé qu'il s'agit d'une "variante d'un missile de croisière d'attaque sol-sol Tomahawk".

"Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a regretté mardi une " escalade des tensions militaires " tout en assurant que Moscou " ne cédera pas à la provocation ". "Le missile testé a quitté sa rampe de lancement terrestre et touché avec précision sa cible après plus de 500 km de vol", a détaillé le ministère américain de la Défense dans un communiqué.

La Roumanie héberge depuis 2016 une base militaire américaine qui est équipée de plusieurs plateformes de tir Mk-41 et de missiles SM-3 du système Aegis Ashore.

Les Etats-Unis ont annoncé avoir testé un missile conventionnel de moyenne portée dans le cadre de la création de "nouvelles armes".

La Chine a également réagi à ce nouveau tir, redoutant que le geste de Washington ne " relance la course aux armements et conduise à une escalade des confrontations militaires ", selon le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang, qui alerte sur "les conséquences négatives pour la sécurité régionale et internationale ". Ce traité avait été dénoncé par le président américain Donald Trump le 1er février, puis par Moscou le lendemain, les deux pays s'accusant mutuellement de le violer. D'après le diplomate, l'usage du Tomahawk et du Mark-41 signifie que " ces systèmes seront utilisés pour le lancement non seulement de missiles intercepteurs, mais aussi de missiles de croisière", qui disposent d'une longue portée.

Les Américains mettent notamment en cause le missile russe 9M729 d'une portée selon eux de 1 500 km, ce que Moscou dément, insistant sur le fait que son nouveau missile a une portée maximale de "480 kilomètres".

Les Etats-Unis déploient depuis longtemps des missiles de croisière de moyenne portée embarqués, généralement tirés depuis des systèmes Mark-41. Ce qui est nouveau avec le test de dimanche, c'est que le système de lancement était installé au sol, expliquent des experts.

Le missile testé le 18 août est conventionnel, mais tout missile peut, par la suite, être équipé d'une tête nucléaire.

" Ce n'est pas la Russie qui s'est retirée de manière unilatérale", a souligné lundi Vladimir Poutine, en visite en France, au fort de Brégançon, où il a rencontré Emmanuel Macron.

Début août, le président russe Vladimir Poutine avait une nouvelle fois appelé Washington à un "dialogue sérieux" sur le désarmement pour "éviter le chaos".

Cet abandon du traité INF pose la question du respect d'autres traités sur le contrôle des arsenaux nucléaires et celle d'un risque de prolifération de ce type d'armes.

"Cette reprise des essais américains pourrait déjà plomber les discussions sur la reconduction du dernier accord en vigueur pour la restriction des armements nucléaires, Start III, qui arrive à échéance en 2021".

Dernières nouvelles