G7 : cinq individus interpellés soupçonnés de vouloir attaquer les gendarmes

À l’approche du G7, cinq personnes interpellées pour avoir projeté d’incendier l’hôtel des gendarmes

G7 de Biarritz : cinq personnes interpellées après avoir appelé à attaquer des gendarmes - LCI

Les gardes à vues ont été prolongées mardi matin, et mardi midi quatre d'entre eux ont été remis en liberté, dont l'homme qui était en garde à vue à Tours.

Contrôles, prévention, coopération avec les services de renseignement étrangers, les autorités françaises comptent tout mettre en œuvre pour éviter des débordements à l'occasion du sommet du G7 prévu du 24 au 26 août à Biarritz, dans le sud-ouest de la France.

Cette source a également précisé que certaines personnes interpellées " appartiennent à la mouvance des black blocs ".

" Nos services sont particulièrement attentifs à la diffusion d'appels (...) menaçant la sécurité du territoire, menaçant la sécurité du G7, sur les réseaux sociaux".

Le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner a présenté mardi les grandes lignes du dispositif de sécurité du G7, dans un contexte tendu, marqué par l'annonce d'un contre-sommet au Pays basque (non loin du sommet officiel) qui fait déjà craindre des débordements, avec notamment la présence de "blacks blocs". Un total de 13.200 policiers et gendarmes, épaulés par les forces militaires, ont été mobilisés.

La ville balnéaire, très fréquentée pendant l'été, est placée depuis plusieurs jours sous haute surveillance, alors que plus de 5000 délégués, personnels techniques et journalistes sont attendus pour le sommet.

Depuis lundi matin, anticapitalistes, défenseurs de la planète, altermondialistes et autres opposants ont commencé à se rassembler dans leur quartier général d'Urrugne, à 20 km de Biarritz, pour une semaine d'actions qu'ils promettent pacifiques.

Le sommet du G7 à Biarritz, qui doit débuter ce samedi 24 août, n'a pas fini de faire parler de lui.

Dans la ville, deux périmètres de sécurité ont été mis en place, où seules les personnes accréditées pourront circuler. Membre de la plateforme Alternatives G7, la Confédération paysanne a lancé un appel à mobilisation nationale pour ce contre-sommet.

Dernières nouvelles