La Chine va taxer davantage les importations américaines, Trump hausse le ton

La Chine compte imposer de nouveaux droits de douane sur des importations américaines

Guerre commerciale : la Chine annonce une nouvelle surtaxe contre des produits américains

C'est à ce nouveau coup qu'a réagi Pékin vendredi avec des mesures reflétant les représailles américaines, mais sur seulement 75 milliards de dollars de produits importés des Etats-Unis. 112 autres milliards seront taxés à 10% le 1er septembre, et encore 160 milliards le 15 décembre.

Le ministère du Commerce chinois a déclaré qu'il imposerait des droits de douane supplémentaires de 5% ou 10% sur un total de 5.078 produits provenant des Etats-Unis, parmi lesquels des produits agricoles, le pétrole brut, les petits avions et les voitures.

Or le président américain vient d'encaisser deux mauvaises nouvelles: "Powell vient de lui dire que ses menaces ne serviront à rien" et "Pékin lui dit que la Chine va imposer de nouveaux tarifs douaniers sur des produits importés des États-Unis".

"Le marché reste bloqué sur la dernière impression, sur la dernière phrase", en l'occurrence les derniers tweets de Donald Trump, observe Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, interrogé par l'AFP.

La décision chinoise se traduit aussi par une baisse des rendements obligataires, les investisseurs se reportant sur les actifs jugés les plus sûrs: celui du Bund allemand à dix ans est retombé sous -0,65% contre -0,638% environ avant l'annonce de Pékin. Wall Street naviguait dans le rouge vif, le Dow perdant 2%, le Nasdaq 2,70% et le S&P 500 2,17% vers 19h30.

Dans cette série de messages, Donald Trump "ordonne" par ailleurs aux sociétés américaines de produire ailleurs qu'en Chine, sans préciser par quels moyens il entend contraindre des groupes privés à suivre ses instructions. Je ne laisserai pas ça arriver!

"Nous n'avons pas besoin de la Chine et, franchement, nous serions bien mieux sans elle".

Simple effet de manche ou véritable déclaration de guerre commerciale?

"Nos formidables entreprises américaines sont sommées de commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, notamment en faisant revenir les entreprises CHEZ NOUS et en fabriquant leurs produits aux États-Unis", a tempêté le président des États-Unis, pour qui "nous n'avons pas besoin de la Chine et, honnêtement, nous irions bien mieux sans elle".

Le président américain a également indiqué sur le réseau social qu'il préciserait "dans l'après midi" sa riposte face aux nouveaux droits de douane de la Chine. Il a ensuite terminé sa série de tweets par quelques mots sur le Fentanyl, puissant analgésique opioïde à l'origine d'une crise de santé publique aux Etats-Unis et dont la Chine est l'un des principaux producteurs. "Nous allons continuer comme ça!"

Les cours du pétrole ont également chuté, suite à cette annonce.

Dernières nouvelles