La Corée du Nord prête à la confrontation avec les USA

Corée du Nord les USA se disent

La Corée du Nord tire deux "projectiles non identifiés" dans la mer (état-major sud-coréen)

La Corée du Nord a toujours réprouvé les exercices militaires conjoints, qu'elle considère comme la préparation d'une future invasion de son territoire.

La Corée du Nord a averti vendredi qu'elle resterait la plus grande "menace" pour les Etats-Unis et s'en est pris au secrétaire d'Etat Mike Pompeo, se disant "sceptique" sur la possibilité de négocier avec le secrétaire d'Etat, qualifié de "toxine irréductible". Le dernier test remontait à mardi.

La Corée du Nord a déclaré jeudi ne " pas être intéressée " par une reprise du dialogue sur le nucléaire avec les Etats-Unis tant que Washington n'aura pas mis un terme à " l'escalade de ses activités militaires hostiles " au moment où l'envoyé spécial américain effectue une visite à Séoul en vue de renouer le dialogue.

Avec ces tirs, la Corée du Nord a dit afficher son mécontentement à l'égard des manoeuvres militaires conjointes de la Corée du Sud et des Etats-Unis ce mois-ci.

La présidence sud-coréenne a annoncé qu'elle allait réunir un Conseil de sécurité national à la suite de ces essais d'armes.

Le ministre japonais de la Défense Takeshi Iwaya a également indiqué aux journalistes que Tokyo pensait que la Corée du Nord avait tiré "des missiles balistiques" en violation des résolutions de l'ONU. Les Etats-Unis, de leur côté, surveillent la situation, selon un haut responsable américain. Les pourparlers bilatéraux sont dans l'impasse depuis l'échec du second sommet à Hanoï en février entre Donald Trump et Kim Jong-un.

Les deux dirigeants s'étaient de nouveau rencontrés en juin à la frontière dans la Zone démilitarisée (DMZ), le " no man's land " qui sépare les deux Etats depuis la fin de la guerre de Corée (1950-53).

Washington et Pyongyang n'étaient alors pas parvenus à s'entendre sur le démantèlement des programmes nucléaires de la Corée du Nord en échange d'une levée des sanctions économiques. Cependant ces discussions n'ont pas encore repris.

" Nous sommes prêts à entamer des discussions dès que nous aurons des nouvelles de nos homologues nord-coréens", a-t-il déclaré, à l'issue d'un entretien avec son homologue sud-coréen Lee Do-hoon.

Le chef de la diplomatie américaine avait auparavant déclaré, dans le journal The Washington Examiner, que si le leader nord-coréen Kim Jong Un ne décide pas de dénucléariser, les Etats-Unis "maintiendront les sanctions qui sont les plus dures de toute l'histoire".

Dernières nouvelles