La Russie lance Fiodor, son premier robot humanoïde, vers l’ISS

Vue en contre plongée du robot qui semble vouloir attraper l'objectif de l'appareil

Fiodor le robot russe est aussi capable de tirer au pistolet et même de conduire une

Un cargo un peu particulier a été envoyé vers la Station spatiale internationale ce jeudi 22 août. Baptisé Fedor et portant le numéro d'identification Skybot F850, il a décollé à 6h38 (heure de Moscou) à bord d'une fusée Soyouz depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, pour rejoindre l'ISS (Station Spatiale Internationale). L'objectif de cette mission est d'effectuer des tests visant à utiliser, à terme, des machines semblables pour partir à la conquête de l'espace lointain. Le robot doit arriver à l'ISS samedi et y rester dix jours, jusqu'au 7 septembre.

C'est parti, c'est parti, a crié le robot au moment du lancement, selon la séquence retransmise à la télévision, dans une référence apparente aux mots prononcés par Youri Gagarine lors de son départ pour le premier vol d'un homme dans l'espace en 1961. Il mesure 1,80m et pèse 160 kg. Fiodor, son prénom russe, se retranscrit "Fedor" en anglais, ce qui correspond à l'acronyme de "Final Experimental Demonstration Object Research". Que cache encore l'espace? Dans l'ISS il sera supervisé par un cosmonaute russe qui lui fera effectuer certaines tâches.

Capable d'imiter les mouvements humains, il devrait notamment aider l'équipage de l'ISS dans ses tâches quotidiennes.

"Fiodor" devra réaliser plusieurs missions, pour tester ses capacités dans différentes situations.

Ses opérations l'amèneront à manier un tournevis ou encore des clés, a précisé Alexandre Blochenko, directeur des programmes prometteurs à l'Agence spatiale russe (Roskosmos), dans un entretien au journal Rossiïskaïa Gazeta. Dès 2011, la Nasa avait envoyé à bord de l'ISS, Robonaut 2, un robot humanoïde développé en coopération avec General Motors pour travailler dans un environnement à haut risque. Il est revenu sur Terre en 2018 en raison de problèmes techniques. En 2013, le Japon a également envoyé son robot, Kirobo, en même temps que Koichi Wakata, tout premier commandant japonais de la station. En avril 2017, le directeur de Roskosmos, Dmitri Rogozine, publiait sur son compte Twitter des photos du robot, deux armes de poing entre ses mains robotisées. Dans l'avenir, nous comptons sur cette machine pour conquérir l'espace lointain, a-t-il déclaré lors de cette rencontre.

Malgré les promesses récentes très ambitieuses du Kremlin dans le domaine spatial, le secteur a enchaîné ces dernières années d'humiliants accidents et scandales de corruption.

Dernières nouvelles