G7 : un sommet sous tension - Info et société

Emmanuel Macron lors de son allocution le 24 août 2019 à Biarritz

Emmanuel Macron lors de son allocution le 24 août 2019 à Biarritz. Capture d'écran Twitter

La rencontre a duré environ trois heures, d'abord avec le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, puis avec le président Emmanuel Macron pendant une demi-heure, à la mairie de Biarritz.

Sur l'Amazonie par exemple, dimanche soir, le G7 n'avait pas encore pris les mesures d'urgence promises par le président français, un dossier test à la fois pour l'efficacité du G7 et pour la méthode Macron.

Si des sources diplomatiques ont un temps annoncé que les chefs d'État ou de gouvernement du G7 avaient convenu de "charger le président français Emmanuel Macron de discuter avec l'Iran et de lui adresser un message" pour éviter l'escalade dans la région, cette information a été démentie un peu plus tard.

Dès son ouverture, Emmanuel Macron avait marqué son emprise sur le G7 de Biarritz par la mise en cause de la politique du président brésilien (grand admirateur de Trump) dans les incendies qui embrasent l'Amazonie.

Il a ensuite affirmé que chacun de ses membres - dont aucun ne souhaite que l'Iran se dote de l'arme nucléaire - allait continuer à travailler.

Au-delà de ces deux plus petits dénominateurs communs, les premiers échanges n'ont semble-t-il pas permis de surmonter toutes les contradictions.

En juillet, la République islamique a cessé de respecter certains de ses engagements dans l'accord sur le nucléaire, conclu en juillet 2015 à Vienne, en réaction à la sortie en mai 2018 des États-Unis du pacte, et au rétablissement de lourdes sanctions américaines. Il espère nouer des relations commerciales privilégiées avec Washington pour amortir le choc du Brexit.

Les discussions se poursuivent également lors de rencontres bilatérales entre dirigeants, notamment Donald Trump et Boris Johnson, qui ne s'étaient pas revus depuis que ce dernier a revêtu ses habits de Premier ministre britannique, fin juillet. Au G7, le président américain reste un homme d'affaires qui parle commerce quand le Français, avec son action surprise sur l'Iran et son appel en faveur de l'Amazonie, se consacre surtout à la diplomatie. Qu'a-t-il à perdre? S'il réussit, c'est une victoire énorme. L'arrivée de Zarif n'était alors officiellement pas au programme, même si le chef de l'Etat l'avait décrit dimanche midi comme un interlocuteur de qualité. Accord avec le Japon, négociations avec le Royaume-Uni, commentaires incendiaires dans la guerre commerciale Etats-Unis-Chine.

Après un dîner samedi présenté comme positif sur l'Iran par plusieurs participants, Emmanuel Macron a ainsi cru pouvoir annoncer dimanche l'accord des Sept - Donald Trump compris - pour parler à Téhéran d'une même voix. Quant aux opposants au sommet, ils ont organisé une nouvelle manifestation symbolique à Bayonne.

Une "marche des portraits" était organisée dans les rues du centre de Bayonne ce dimanche.

Dernières nouvelles