EN DIRECT. Suivez le lancement du Grenelle des violences conjugales

Marlène Schiappa Christophe Castaner Edouard Philippe Julien Denormandie et Nicole Belloubet hier à Matignon pour l'annonce de nouvelles mesures

EN DIRECT. Suivez le lancement du Grenelle des violences conjugales

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé plusieurs mesures pour lutter contre les féminicides, mardi 3 septembre à l'hôtel de Matignon, en ouverture du Grenelle des violences conjugales. Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations et le Premier ministre, Edouard Philippe, s'exprimeront. "Si elle doit retourner chez elle avant de porter plainte, elle retrouvera son conjoint qui risque de la menacer", a fait valoir le chef du gouvernement. Cette possibilité sera généralisée " à partir du 25 novembre", date de la fin de ce Grenelle, a-t-il ajouté. Aujourd'hui, les victimes ne disposent que d'un numéro d'écoute, le 3919, mais qui n'est pas un numéro d'urgence.

Nomination de "procureurs référents", 1000 nouvelles places d'hébergement à partir de janvier 2020, facilitation du dépôt de plainte à l'hôpital.

Le ministère de l'Intérieur va de son côté lancer un audit dans 40 commissariats et gendarmeries "afin d'examiner la façon dont les femmes de victimes conjugales sont accueillis, afin d'identifier les dysfonctionnements, et de les corriger".

Le Premier ministre Edouard Philippe. Sur le plan judiciaire, il a annoncé que des " procureurs référents spécialisés " dans les violences conjugales seraient identifiés " dans les 172 tribunaux de France métropolitaine et (d') outre-mer " et que des chambres d'urgence seraient expérimentées. "L'exercice de l'autorité parentale sera suspendu de plein droit en cas d'homicide volontaire par le conjoint", a-t-il ajouté. "La première expérimentation aura lieu à Créteil".

Dernières nouvelles