15 milliards USD pour sauver l'accord iranien: c'est non

Nucléaire: La France appelle l’Iran à respecter ses engagements

Accord sur le nucléaire: l'Iran lance un ultimatum à l'Europe pour régler la situation

"Il a déclaré que la République islamique d'Iran pourrait réduire encore davantage ses engagements en matière nucléaire " dans les prochains jours " si " d'ici à jeudi ", les négociations sur le sujet " n'aboutissent à aucun résultat ".

M. Rohani a néanmoins indiqué que des discussions avec Washington pourraient avoir lieu dans le cadre du format "5 " 1" si les Etats-Unis lèvent les sanctions qu'ils ont réimposées contre Téhéran après être sortis unilatéralement en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Ses effets seront "remarquables", a-t-il dit sans plus de précisions.

Dans la foulée de son refus, le président Hassan Rohani a ajouté que Téhéran donnait deux mois de plus aux Européens pour trouver un moyen de contourner les sanctions imposées par les États-Unis sur ses exportations de pétrole.

Menés par la France, les Européens, qui restent attachés au texte de 2015, ont donc redoublé d'efforts diplomatiques pour désamorcer la tension entre l'Iran et les Etats-Unis, qui a failli tourner à l'affrontement militaire direct en juin et reste très forte.

Pour l'instant, "les Etats-Unis intensifient leur campagne de pression maximale", a-t-il encore insisté, annonçant de nouvelles sanctions contre un "réseau" de transport maritime accusé de vendre illégalement du pétrole iranien au régime syrien de Bachar al-Assad au profit des Gardiens de la révolution, le corps d'élite de l'armée iranienne, et du mouvement chiite libanais Hezbollah.

L'accord de Vienne offrait à l'Iran la levée d'une partie des sanctions internationales à son endroit en échange d'une limitation drastique de son programme nucléaire destinée à rendre impossible l'acquisition de l'arme atomique par la République islamique. En réaction au retour des sanctions américaines, l'Iran a commencé à se désengager de certains de ses engagements pris à Vienne et menace de se délier encore un peu plus de l'accord à partir du 7 septembre.

"M. Rohani a fait état de progrès dans ces négociations".

Selon Irna, M. Araghchi, qui était lundi à Paris avec une équipe de négociateurs iraniens, a indiqué que les discussions portaient sur le possible déblocage d'une ligne de crédit " d'environ 15 milliards de dollars sur quatre mois ". "Si nous avions vingt points de contentieux par le passé, nous n'en avons plus que trois aujourd'hui", mais pas encore d'" accord définitif ". Il s'était voulu rassurant en affirmant mardi que l'Iran restait prêt à discuter avec ses partenaires même en cas de nouvelle réduction des engagements sur le nucléaire.

L'Iran a ainsi augmenté ses stocks d'uranium enrichi au-delà de la limite fixée par l'accord de Vienne et porté ses activités d'enrichissement à un niveau prohibé par ce texte (plus de 3,67%). Téhéran serait prête à son applciation totale en échange d'un crédit de 15 milliards de dollars.

Mais pour que cette facilité de financement puisse voir le jour, il faut d'abord que les États-Unis acceptent de desserrer leur étau, notamment en allégeant leurs sanctions contre les ventes de pétrole iraniennes.

Dernières nouvelles