Vienne redevient la ville la plus agréable du monde

Vienne de nouveau classée ville la plus agréable du monde, Paris dégringole

Ville la plus agréable du monde : Paris chute à cause de la crise des Gilets jaunes

En revanche, la capitale autrichienne, Vienne, se distingue pour la deuxième année consécutive comme la ville du monde la plus agréable à vivre. L'hebdomadaire ajoute seulement un petit bémol: son offre culturelle peut encore être améliorée. Les Viennois commencent à s'habituder. Cette classification prend en compte les infrastructures, la qualité de l'air, mais aussi l'offre culturelle, le système éducatif ou encore les services médicaux. Ce sont les nombreux atouts de la capitale autrichienne. Derrière elle, les villes australiennes de Melbourne et Sydney. L'explication? Le mouvement des Gilets jaunes et l'impact de ses manifestations. Le Canada (Calgary 5e, et Vancouver 6e) domine également le classement dans lequel on retrouve le Japon avec Tokyo et Osaka. Copenhague, seconde ville européenne, se classe neuvième au niveau mondial.

Paris tombe de haut, elle est la seule ville à voir sa note baissée autant.

Chaque année, 140 agglomérations sont évaluées sur une échelle de 100 points selon une série d'indicateurs: niveau de vie, criminalité, réseaux de transports, accès à l'éducation et à la médecine, stabilité économique et politique. En bas du classement, les cinq villes les moins accueillantes sont Damas (Syrie), dernière, Lagos (Nigeria), Dhaka (Bengladesh), Tripoli (Libye) et Karachi (Pakistan).

Les grandes villes de Londres (48ème) et New York (58ème) n'arrivent pas à remonter la pente, notamment en raison de leurs infrastructures surchargées, d'un risque important de terrorisme et d'une forte criminalité.

Des villes très polluées comme Le Caire ou New Dehli ont ainsi été sanctionnées en raison de "la mauvaise qualité de l'air, de températures moyennes rebutantes et d'un approvisionnement en eau insuffisant" cite Capital. "Nous nous attendons à ce que les problèmes liés au changement climatique exercent une pression croissante sur le degré d'habitabilité" des villes, a déclaré Agathe Demarais de l'EIU.

Dernières nouvelles