Rentrée reportée pour cinq écoles proches de Notre-Dame — Pollution au plomb

La Voix du Nord

La Voix du Nord- VDNPQR

Vendredi dernier, le rectorat avait décidé de suspendre la rentrée dans cinq écoles privées situées aux alentours de la cathédrale.

A la suite de ce rapport, le rectorat de Paris, après en avoir informé les autorités diocésaines, " demande le report de la rentrée scolaire dans les écoles suivantes: Sainte-Catherine (5e), Sainte-Clotilde (7e), Saint-Jean-Gabriel (4e), Saint-Thomas d'Aquin (7e), Saint-Victor (5e) en attendant que tous les établissements concernés présentent les garanties requises d'innocuité ". L'Agence régionale de santé (ARS) estime que les prélèvements destinés à détecter une éventuelle pollution au plomb sont insuffisants.

" Concernant l'école Saint-Victor, une valeur élevée de plomb a été identifiée dans un espace d'une courette extérieure, et un test de dépistage est recommandé". A Sainte-Catherine où les données sont de bonne qualité, les résultats sont préoccupants: "les valeurs relevées dans les pièces accessibles aux enfants sont pour certaines élevées". "La moyenne des valeurs observées est supérieure au seuil de 70µg/m² " et " un test de dépistage est recommandé ". Cette cour devra rester inaccessible tant qu'elle n'aura pas fait l'objet d'un nettoyage, recommande l'ARS.

Ce protocole a été mis en oeuvre par la Ville de Paris pour les écoles publiques. Au total, plus de 1 100 élèves vont voir leur rentrée reportée. "Le même cadre d'investigations est appliqué par l'ARS aux écoles publiques et privées", a-t-il insisté.

Une réunion doit avoir lieu ce mercredi soir à la mairie pour évoquer le problème du plomb dans l'arrondissement suite à l'incendie de Notre-Dame. 260 enfants scolarisés à proximité de l'édifice ont subi une plombémie (examen du sang) depuis le drame: trois d'entre eux avaient des taux de plomb trop élevés dans leur organisme, sans qu'on puisse établir un lien avec l'incendie.

Dernières nouvelles