Une cantinière agressée au couteau dans une école élémentaire — Marseille

Un adolescent de 17 ans a blessé au couteau une cantinière d'une école élémentaire de Marseille vendredi vers 06H30 et frappé deux autres personnes avant d'être arrêté torse nu et'très excité, moins de deux heures plus tard

Deux Atsem agressées à l'arme blanche devant une école à Marseille

Jean-Michel Blanquer et Laurent Nunez doivent se rendre sur place en début d'après-midi. Au moment de son arrestation, moins de deux heures après les faits il était torse nu et "très excité " affirme la police.

"L'intéressé aurait proféré 'Allah Akbar', ce qui reste à confirmer dans le cadre de propos qui semblent confus", a ajouté le magistrat, précisant que le parquet anti-terroriste n'avait pas été saisi "à ce stade de l'enquête".

L'agression a eu lieu entre 6 h 30 et 6 h 40, quand le jeune homme a pénétré dans l'école La Pauline, située dans le 9 arrondissement de la Cité phocéenne, et frappé à coups de couteau une des " tatas " de l'établissement, ces personnels municipaux chargés de s'occuper des enfants à la cantine ou dans les classes. Présentée au départ comme un couteau, cette arme pourrait en fait être une paire de ciseaux, a précisé le procureur de Marseille: "Nous ignorons s'il s'agit d'un couteau ou d'une paire de ciseaux, mais deux lames de ciseaux ont été retrouvées dans un local à proximité des faits", a expliqué Xavier Tarabeux.

Une "tata" de l'école de La Pauline a reçu deux coups de couteau à l'abdomen, indique la Direction départementale de sécurité publique à Marseille.

En fuyant les lieux, l'agresseur a croisé une autre employée de l'école et lui a porté un coup de poing au visage. Le motif de l'agression n'est pas connu pour l'heure mais selon le journal régional La Provence, la piste d'un mineur déséquilibré est privilégiée.

"J'ai beaucoup de haine, beaucoup de peine, c'est choquant", a témoigné auprès de l'AFP Séverine, une assistante de vie scolaire de l'établissement, devant l'école, expliquant avoir appris la nouvelle par les réseaux sociaux. "Mais en même temps on ne peut pas mettre un policier devant l'entrée de chaque école!".

Dernières nouvelles