C'est officiel, la manifestation sera encadrée samedi à Dijon — GILETS JAUNES

Manifestation des gilets jaunes à Montpellier le 7 septembre 2019

Manifestation des gilets jaunes à Montpellier le 7 septembre 2019. Pascal GUYOT- AFP

Pour le 43e samedi d'affilée ce 7 septembre, ils se sont mobilisés dans de nombreuses villes du pays. Une mobilisation qui contraste nettement avec celle, plus faible, de l'été, et qui a été marquée par des heurts à Montpellier et à Rouen.

"Le cortège de 1 500 (selon la préfecture) à 3 000 manifestants (selon les organisateurs) peinait à se rassembler en milieu d'après-midi, alors que des incidents sporadiques éclataient dans tout le centre-ville, où touristes et Montpelliérains restaient piégés par les gaz lacrymogènes et les affrontements".

Les "gilets jaunes" sont de retour. Des représentants des "gilets jaunes" en ont compté 1 500, selon France Bleu Nord. Plusieurs dizaines de manifestants ont ouvert des parapluies en hommage aux manifestants de Hong Kong.

En réponse à des jets de projectiles, les forces de l'ordre ont lancé des grenades de dispersion.

Vers 17H00, la préfecture faisait état de sept interpellations, notamment pour des jets de projectiles - pavés et engins pyrotechniques, mais sans blessé signalé.

Pour leur "rentrée", quelques milliers de Gilets jaunes se sont rassemblés dans plusieurs grandes villes, comme à Montpellier, où des heurts ont très vite éclaté et une voiture de police municipale a été incendiée. Les forces de l'ordre ont alors chargé le cortège pour le disperser.

À Rouen en Seine-Maritime, environ 700 Gilets jaunes ont manifesté soutenus par le bureau départemental de la CGT.

L'acte 43 des gilets jaunes commencé dans une ambiance festive sur la place de la Comédie, ce samedi 7 septembre, a rapidement dégénéré.

Ce samedi, c'est encore 230 membres des forces de l'ordre qui étaient à l'œuvre pour assurer l'ordre public dans la Ville rose.

Certains manifestants semblent pour autant s'être dirigés vers le centre-ville. Selon lui, il y a eu 21 verbalisations et deux interpellations en flagrant délit pour des "actes caractérisés" contre les forces de l'ordre.

Des poubelles ont également été incendiées. Certains manifestants ont regretté de n'avoir pu approcher le Parc des Expositions, où se tient pendant deux jours, sous très haute surveillance policière, le Campus des Territoires de la République en Marche (LREM).

Pour Myriam, une Gilet jaune rencontrée par notre reporter, les manifestants sont retranchés dans les quartiers modestes des villes.

A Toulouse, le cortège, de plusieurs centaines de "gilets jaunes", selon un journaliste de l'AFP, était bien plus important que les derniers samedis, traduisant selon de nombreux manifestants une "reprise" de la mobilisation.

Hervé, gilet jaune de la première heure, s'est félicité auprès de l'AFP de "la mobilisation de rentrée extra à Montpellier malgré la répression".

A Strasbourg, environ 350 Gilets jaunes selon la préfecture manifestaient depuis la mi-journée dans le centre-ville.

Dernières nouvelles