Internationale - Il sera dévoilé "dans les prochaines semaines"

Jason Greenblatt a précisé que cela avait été le privilège d'une vie de travailler à la Maison Blanche

Jason Greenblatt a précisé que cela avait été le privilège d'une vie de travailler à la Maison Blanche

En duo avec Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain, Jason Greenblatt avait la lourde tâche de proposer des pistes afin de mettre fin à des décennies de conflit israélo-palestinien, Donald Trump ayant promis de parvenir à "l'accord ultime" là où tous ses prédécesseurs ont échoué.

"Son attachement à Israël et à la recherche de la paix entre Israël et les Palestiniens ne sera pas oublié", a écrit Trump. Fin août, il avait annoncé que le plan, concocté depuis deux ans et demi dans le plus grand secret et dont la présentation a été maintes fois repoussée, ne serait pas dévoilé avant les élections législatives en Israël, prévues le 17 septembre.

Jason Greenblatt, figure centrale de la conception du plan de paix américain pour le Moyen-Orient, aussi attendu que controversé, avait l'intention de démissionner après la publication intégrale de ce plan, selon des médias américains citant des responsables de l'administration Trump. "Je pense que les Palestiniens dans leur ensemble vont dire "bon débarras". Depuis décembre 2017, les Palestiniens ont refusé tout contact officiel avec l'administration américaine et rejeté par avance le plan américain. Le plan fait notamment miroiter 50 milliards de dollars d'investissements dans les Territoires palestiniens et les pays arabes voisins sur dix ans. "Je pense que (la démission de M. Greenblatt) est juste un clou supplémentaire dans le cercueil".

En réalité, l'effort de paix américain s'est enlisé dès la première année du mandat présidentiel, après la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d'Israël et la suppression du financement américain de l'agence des Nations unies chargée des réfugiés palestiniens et de la plupart des aides bilatérales.

Mais si ses convictions pro-israéliennes et sa proximité avec Donald Trump avaient expliqué sa promotion spectaculaire à des fonction où il succédait à des diplomates chevronnés, toutes administrations confondues, ses critiques, avec des mots très durs, devant le Conseil de sécurité du "consensus international " sur les moyens de mettre fin au conflit israélo-palestinien lui avaient valu les foudres des diplomates européens. "Cette vision peut potentiellement améliorer considérablement la vie de millions d'Israéliens, de Palestiniens et d'autres personnes dans la région", a-t-il ajouté. En juin, l'administration a publié la partie économique du plan lors d'une conférence de deux jours à Bahreïn. "Le rôle de la CIJ est d'analyser les différends financiers entre les Etats et les particuliers", a précisé le ministre, notant que l'accord de Paris accordait le droit à chacune des parties concernées d'y recourir pour régler ses différends financiers".

Dernières nouvelles