Jean-Michaël Séri porte plainte contre les Aiglons pour escroquerie — OGC Nice

Seri Jean Michael porte plainte contre l’OGC Nice pour escroquerie

OGC Nice : Jean-Michaël Séri porte plainte contre les Aiglons pour escroquerie

Aujourd'hui prêté à Galatasaray en Turquie, par son club de Fulham, le milieu de terrain Jean-Michaël Seri n'a pas oublié son passage à l'OGC Nice. Lors de son transfert du côté de Fulham, le milieu de terrain international ivoirien disposait d'un intéressement sur son départ.

A l'été 2018, "Micha" a été transféré vers le club anglais de Fulham pour 12 millions d'euros et Nice "a grossièrement sous-évalué" le prix du joueur, assurent les avocats, comparant cette transaction aux 12,6 M payés pour transférer le défenseur Maxime Lemarchand, également de Nice à Fulham le même été.

Selon les chiffres avancés, les deux joueurs auraient été valorisés 12 millions d'euros environ chacun, alors que leurs valeurs réelles, selon les avocats de Seri, s'appuyant sur une expertise " unanimement reconnue ", étaient de 18 millions environ pour Seri et 6 millions environ pour Le Marchand. Il s'agit de la commission juridique de la Ligue de football professionnel (LFP) et de la commission d'appel de la Fédération française de football (FFF). Jean-Michaël Seri et ses conseillers estiment le préjudice à "au moins 700 000 euros". Démissionnaires en janvier 2019, ils sont revenus à la tête du club à la faveur de son rachat par Ineos, l'entreprise du milliardaire britannique Jim Ratcliffe.

L'OGC Nice a réagi via son directeur de football, Julien Fournier. Le dirigeant rappelle "que les instances sportives saisies en première instance et en appel par Jean-Michaël Seri ont classé le dossier sans suite". "Le deal s'est fait de manière très simple avec Fulham", rajoute Julien Fournier qui assure que Séri et ses conseils ont peut-être surévalué la valeur sur le marché des transferts du joueur".

Me Dupont et ses collègues estiment qu'il y a eu "un jeu de vases communicants" entre les deux transferts, la valeur de Séri sur le marché étant estimée bien supérieure à celle de Lemarchand. "Le jour de la signature, Jean-Michaël Seri, son agent et son avocat connaissaient le montant du transfert et de la prime de transfert pour le joueur", poursuit-il.

Dernières nouvelles