La "ID.3", le pari à 30 milliards de Volkswagen

PRESENTATION EN VIDEO DE LA NOUVELLE COMPACTE ELECTRIQUE VOLKSWAGEN ID.3 (2019)

Volkswagen ID.3 : la voici, la nouvelle voiture électrique de Volkswagen

Il faudra débourser environ 30 000 euros au bas mot pour ressortir d'une concession Volkswagen au volant d'une ID.3, probablement à partir du second trimestre 2020.

Pour marquer encore davantage l'évènement, le groupe de Wolfsburg a aussi choisi ce jour pour modifier son logo sur son siège social, avant de le déployer chez l'ensemble de ses concessionnaires en Europe, puis dans le reste du monde. Elle repose sur la plateforme modulaire du groupe automobile allemand MEB.

Le groupe déploie les grands moyens pour se donner une image "plus jeune, plus dynamique et plus moderne", selon Ralf Brandstätter, directeur de la marque VW.

En 2015, Volkswagen avait reconnu avoir installé, dans 11 millions de véhicules, un logiciel destiné à les faire apparaître moins polluants lors des tests d'homologation en laboratoire. "L'ID.3 lance l'énorme offensive électrique de la marque", a-t-il dit, rappelant qu'il comptait présenter d'ici à 2028 près de 70 nouveaux véhicules électriques. Chaque gramme en excès coûtera 95 euros, multiplié par le nombre de voitures vendues dans l'UE. Toute en rondeurs, de la taille d'une Golf, l'ID.3 de Volkswagen a été dévoilée au public en avant-première mondiale, au cours d'un grand show rondement mené.

Mais actuellement, les ventes de voitures 100% électriques ne représentent encore que 2% du marché. Et seuls 16% des Allemands prévoyant d'acheter une voiture choisiraient aujourd'hui une électrique, selon un sondage Kantar pour le fournisseur d'électricité EON.

"Il faut qu'ils trouvent une solution pour les vendre, sinon ils ne vont pas survivre", confirme Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research (CAR).

Avec des volumes encore trop faibles pour profiter d'importantes économies d'échelle, les voitures électriques seront plus chères à fabriquer.

"A moyen terme, il n'y a pas d'argent à faire avec les voitures électriques", estime M. Dudenhöffer. Parmi les plus gros pollueurs, Volkswagen qui arrive en tête, devant Renault-Nissan, Toyota et General Motors.

Pas question par ailleurs d'arrêter la vente des gros et populaires SUV, très rentables mais très critiquées par les défenseurs de l'environnement.

Elle se veut le symbole de la renaissance de Volkswagen après le scandale du dieselgate.

"L'argent que les SUV vont rapporter va permettre d'affronter l'avenir", justifie M. Brandstätter.

Dernières nouvelles