Le Lion d'or à "Joker", le Grand Prix à Polanski

L'acteur Jean Dujardin lors de la présentation à la Mostra de Venise du

Venise 2019 : Le Lion d'Or pour Joker, Roman Polanski et Ariane Ascaride au palmarès

C'est un film à la fois très américain et très universel qui a remporté le morceau de choix, le Lion d'Or du meilleur long-métrage, ce samedi soir au palmarès de la 76e Mostra de Venise dont le jury était présidé par la cinéaste argentine Lucrecia Martel.

Le Grand Prix du jury, deuxième récompense la plus importante du festival italien, a été attribué au J'accuse de Roman Polanski, qui raconte l'Affaire Dreyfus. Du fait que les acteurs furent si brillants cette année (notamment les hommes), qu'il semblait difficile de les départager.

"Merci de m'avoir fait confiance avec ton talent fou", a déclaré en recevant son prix le réalisateur Todd Phillips, surtout connu jusqu'ici pour ses comédies, dont la trilogie à succès "Very bad trip", à l'adresse de son acteur Joaquin Phoenix.

Dans une tentative de donner une nouvelle approche au genre du film de super-héros, "Joker", qui succède à "Roma" du Mexicain Alfonso Cuarón, est centré sur la figure de ce méchant emblématique, pour mieux comprendre comment cet homme mal aimé a pu basculer dans la folie.

"Qu'une industrie comme celle des États-Unis prenne le risque de réaliser 'Joker' est courageux". Récompensé quelques heures plus tôt par le prix Fipresci de la critique internationale à Venise, J'accuse avait convaincu une bonne partie de la presse, occupant la première place du classement d'un panel de journalistes internationaux et italien publié pendant le festival. Roman Polanski avait fait le parallèle entre l'histoire de son film et sa propre vie, s'estimant lui aussi " persécuté ".

L'autre prix important, le Lion d'Argent ou Grand prix du jury, revient à Roman Polanski pour son captivant J'accuse, tourné en français avec une pléiade de grands comédiens (Jean Dujardin, Gregory Gadebois, Louis Garrel, Laurent Stocker, Eric Ruf...) et une seule femme (Emmanuelle Seigner), d'après un scénario préalablement écrit en anglais. Pourquoi pas. Mais où sont les. êtres humains?

L'action se joue dans un Gotham City d'autant plus effrayant qu'il est dépeint d'une façon assez réaliste pour l'on reconnaisse clairement New-York, mais délabrée comme jamais vu et abandonnée aux pires injustices. "Ça n'est pas possible", a-t-elle réaffirmé, samedi, après le palmarès, soulignant par ailleurs qu'il n'y "avait pas eu d'unanimité" dans le jury pour l'ensemble du palmarès. Côté féminin, c'est la Française Ariane Ascaride qui est sacrée Meilleure actrice pour son rôle dans Gloria Mundi, réalisé par son époux et fidèle collaborateur Robert Guédiguian et en salles le 27 novembre.

Rappelant qu'elle venait d'une famille d'immigrés italiens, venus en France pour 'fuir la misère', Ariane Ascaride a quant à elle dédié son prix à 'ceux qui vivent pour l'éternité au fond de la Méditerranée'.

Luca Marenelli, formidable dans le très beau film de Pietro Marcello, Martin Eden, d'après le roman de Jack London, recevait quant à lui la coupe Volpi du meilleur acteur, tandis que le film remportait lui aussi, un Lion d'argent.

Dernières nouvelles