" "Le parquet ouvre une enquête contre l’opposant Guaido pour " haute trahison " — Venezuela

L'opposant vénézuelien Juan Guaido le 3 septembre 2019 à CaracasPlus

L'opposant vénézuelien Juan Guaido le 3 septembre 2019 à CaracasPlus

" Nous ouvrons une enquête " contre Juan Guaido pour des faits qui constituent " un crime, celui de haute trahison ", a déclaré Tarek William Saab dans une allocution télévisée. Il a ensuite été reconnu comme tel par une cinquantaine de pays.

L'opposant a immédiatement réagi en qualifiant de " parodie " l'intervention du procureur général.

Les élus de petits partis d'opposition vénézuéliens ont annoncé vendredi qu'ils souhaitaient que Juan Guaido demeure en 2020 à la présidence de l'Assemblée nationale, renonçant à exercer cette fonction qui leur revenait en vertu d'un accord informel de rotation du pouvoir.

Juan Guaido, qui préside le Parlement, est dans la ligne de mire de la justice depuis le 23 janvier.

L'immunité parlementaire de M. Guaidó a déjà été levée, mais il n'a pas été interpellé, contrairement à plusieurs autres députés de son camp. Washington a averti que l'arrêter serait " l'ultime erreur " de Nicolas Maduro.

L'appel de ce dernier au soulèvement de l'armée le 30 avril a fait long feu et les manifestations anti-Maduro drainent de moins en moins de Vénézuéliens, saignés par une crise économique sans précédent.

"Plus tôt dans la journée, la vice-présidente Delcy Rodriguez avait accusé Juan Guaidó de diriger une " organisation criminelle " au " service d'entreprises transnationales et du gouvernement des États-Unis ".

Elle a notamment diffusé sur VTV un message vocal d'une personne qu'elle a identifiée comme étant une fonctionnaire de l'administration américaine, en train de communiquer avec un "conseiller externe" de Juan Guaido. La " responsable américaine " exhorte ce " conseiller " à " changer la position du Venezuela " et " livrer l'Esequibo " à ExxonMobil et d'autres multinationales, selon le gouvernement. L'Esequibo est un territoire riche en minerais et bordé d'une zone maritime possédant des ressources pétrolifères, et dont la souveraineté est réclamée par le Venezuela au Guyana. Caracas conteste une sentence arbitrale rendue à Paris à la fin du 19e siècle, accordant la région à la colonie britannique de l'époque. La tension a resurgi en 2015 lorsque du pétrole a été découvert dans les eaux disputées.

Dernières nouvelles