Les députés britanniques refusent des élections anticipées à Boris Johnson

Les députés britanniques refusent des élections anticipées à Boris Johnson

Les députés britanniques refusent des élections anticipées à Boris Johnson

Ce texte oblige le Premier ministre à demander ce report à l'UE s'il n'obtient pas d'accord de sortie d'ici au 19 octobre, juste après un sommet européen.

Une nouvelle défaite pour Boris Johnson, après avoir reçu l'une des rares bonnes nouvelles de cette semaine infernale.

Et encore une claque pour Boris Johnson! "En l'absence d'arrangements alternatifs, pas de backstop signifie pas d'accord pour nous", a rappelé lundi le Premier ministre irlandais Leo Varadkar. Or les travaillistes craignent que Boris Johnson ne change la date du scrutin à sa convenance, avant le 31 octobre. Dans le cas contraire, Boris Johnson pourrait déposer un projet de loi qui nécessite le soutien d'une majorité simple.

Après un premier échec, le gouvernement va de nouveau soumettre lundi au vote des députés une motion pour organiser des législatives anticipées. Alors que les députés s'écharpent depuis des mois sur le Brexit et qu'ils devaient voter dans la soirée sur une nouvelle motion appelant à des élections anticipées, ils ont passé beaucoup de temps à rendre des hommages appuyés au Speaker de la Chambre des communes, John Bercow, qui après 22 ans de députation et 10 années au perchoir, a annoncé son départ pour la fin octobre. Peu envisageable. Il faudrait pour cela que Johnson fasse accepter au Parlement une sortie de l'Union européenne sans accord - hautement improbable - ou qu'il parvienne à s'entendre sur un texte avec l'UE.

"J'avais rejoint votre gouvernement en toute bonne foi: accepter le 'no deal' devait être sur la table, car c'était le moyen par lequel nous aurions les meilleures chances de parvenir à un nouvel accord pour sortir [de l'UE, ndlr] le 31 octobre", écrit-elle. Il avait expliqué vouloir placer l'"intérêt national" avant la "loyauté familiale".

Interrogé jeudi, le Premier ministre a observé que le Brexit est " un sujet qui évidemment divise les familles, divise tout le monde ".

Lors d'un discours qu'il doit prononcer dans l'après-midi dans le Yorkshire (nord de l'Angleterre), le chef du gouvernement plaidera pour ces élections anticipées, dénonçant la "lâcheté" du chef du Labour, Jeremy Corbyn, qui les a évitées, a déclaré un porte parole de Downing Street. Mercredi soir, les députés avaient déjà rejeté sa proposition d'élections le 15 octobre. En effet, l'annonce de la prolongation des congés parlementaires de quelques jours par Boris Johnson a été montée en épingle et présentée par certains comme une menace pour la démocratie.

Un nouveau report du Brexit, initialement prévu le 29 mars, doit être approuvé à l'unanimité des 27 autres Etats membres de l'Union européenne.

Boris Johnson souhaite délester l'accord de retrait négocié par son prédécesseur Theresa May de cette disposition prévoyant que, faute de meilleure solution à l'issue d'une période transitoire, le Royaume-Uni tout entier reste dans un " territoire douanier unique " avec l'UE.

Dernières nouvelles