La France ne veut toujours pas de Libra en Europe

Facebook ne peut aujourd'hui lancer sa monnaie Libra en Europe dit Le Maire

Libra : la France ne veut pas de la cryptomonnaie de Facebook en Europe

Contrairement à la taxe sur les GAFA, il ne heurtera pas les Etats-Unis avec cette position.

Après avoir refusé que soit développée la cryptomonnaie de Facebook "sur le sol européen", le ministre français des Finances Bruno Le Maire a proposé à l'UE d'introduire un ensemble de règles communes pour régir les monnaies virtuelles et de créer une "monnaie numérique publique". Selon lui, la cryptomonnaie peut entraver la souveraineté des Etats du Vieux Continent.

Ouvrant les débats, le ministre s'est livré à un réquisitoire très sévère contre la cryptomonnaie que Facebook prévoit de lancer en 2020, allant plus loin que dans ses interventions précédentes où il avait déjà exprimé sa préoccupation concernant la Libra.

Je ne vois pas pourquoi nous portons autant d'attention depuis des années à éviter toute utilisation d'une monnaie pour le blanchiment et pour la lutte contre le financement du terrorisme et qu'une monnaie digitale comme libra échapperait à ces obligations.

Ainsi, le président Donald Trump a exprimé à peu près les mêmes réserves à propos de la Libra, et des cryptomonnaies en général, en écrivant en juillet sur son compte twitter: "Si Facebook et les autres entreprises veulent devenir une banque, elles doivent rechercher une nouvelle charte bancaire et être soumises à toutes les réglementations bancaires, tout comme les autres banques, nationales et internationales".

Il a d'ailleurs demandé à l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), qui travaille actuellement sur la taxation des géants du numérique, de s'emparer également de la question de la fiscalité des cryptomonnaies.

Le projet suscite de vives inquiétudes tant de la part des banquiers centraux, des politiques que des autorités de régulation.

Libra, le projet de cryptomonnaie de Facebook, va solliciter une autorisation en tant que système de paiement en Suisse, a-t-il annoncé mercredi.

Dernières nouvelles