Alexandre Moix: "Mon frère était un enfant psychotique"

Yann Moix à

Yann Moix à"On N'est Pas Couché, le 12 janvier 2019. Capture d'écran France 2

Après les nombreuses critiques dont il a fait l'objet, Laurent Ruquier a d'ailleurs tenu à défendre son interview de Yann Moix, expliquant qu'il n'avait aucun regret: "Parce que j'ai très bien fait mon travail".

Dans ce droit de réponse, Alexandre Moix affirme également que son frère "ne sait rien" de lui et que "tout lui est étranger", ses opinions comme sa vie.

Après sa lettre ouverte dans Le Parisien, Alexandre revient sur la publication du dernier livre de son frère, Orléans. Son père José et son frère Alexandre lui répondent par voie de presse, affirmant au journal Libération que l'écrivain a attribué à d'autres des actes dont il a en réalité été l'auteur.

Lors de cet entretien, le frère de l'écrivain décrit les sévices que lui aurait infligés Yann Moix étant enfant. Une version que s'est empressé de confirmer son cadet, accusant son frère de pure invention. Je pense que c'est le grand tort de mes parents.

Il évoque aussi un souvenir douloureux de son enfance. Je me souviendrai à vie de cette scène où de force, il est venu me chercher, m'a empoigné les cheveux, m'a pris une fois la main, qu'il m'a mis de force dans les persiennes en feraille de notre chambre. "J'en ai vomi de douleur et je suis tombé dans les pommes". Le lendemain, tous mes ongles sont tombés. Selon lui, le journaliste était "un enfant psychotique " que ses parents auraient dû emmener voir un psychiatre. "Il a été mon bourreau" Et aujourd'hui, "il est prisonnier de sa colère, de sa haine".

Alexandre Moix poursuit: "Il y a quelques fois, où il essayait de m'étouffer avec des oreillers".

A cette polémique familiale et littéraire se sont ajoutées des accusations d'antisémitisme, L'Express exhumant des dessins de Moix à caractère antisémite ainsi que des textes négationnistes publiés quand il avait 21 ans.

Dernières nouvelles