Nucléaire : EDF confirme l'arrêt de la centrale de Fessenheim en juin 2020

EDF va toucher au minimum 400 millions d'euros pour fermer Fessenheim en 2020

EDF va toucher au minimum 400 millions d'euros pour fermer Fessenheim en 2020

EDF a indiqué avoir "adressé au ministre chargé de la Transition écologique et solidaire et à l'Autorité de sûreté nucléaire la demande d'abrogation d'exploiter ainsi que la déclaration de mise à l'arrêt définitif des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim".

Mise en service en 1977, Fessenheim est la doyenne des centrales encore en activité en France.

"Notre responsabilité, c'est d'accompagner le territoire pour que nous trouvions de nouvelles opportunités d'emplois", a insisté la secrétaire d'État à la Transition écologique Emmanuelle Wargon, qui a présidé jeudi à Colmar le quatrième comité de pilotage pour l'avenir du territoire de Fessenheim. Sa fermeture, une promesse de l'ex-président François Hollande, devait intervenir initialement fin 2016, mais a été reportée à plusieurs reprises.

EDF ajoute avoir signé avec l'État le "protocole d'indemnisation" pour dédommager l'entreprise de cette fermeture anticipée. "Nous savons que nous devons apporter plus de réponses", "plus concrètes", a-t-elle reconnu, disant espérer "de bonnes nouvelles pour accueillir des entreprises dans les mois qui viennent".

EDF va percevoir environ 400 millions d'euros, un montant qui correspond à l'anticipation des dépenses liées à la fermeture de la centrale (dépenses de post exploitation, taxe INB, coûts de démantèlement et de reconversion du personnel), qui seront effectués sur une période de quatre ans suivant la fermeture de la centrale. L'année suivante, un protocole avait nettement revu à la hausse ces sommes, avec un dédommagement fixe d'environ 490 millions, plus une part additionnelle reflétant le manque à gagner. Cette fermeture anticipée a été décidée par l'Etat dans le cadre du projet du gouvernement de réduire la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d'électricité du pays d'ici 2035. Cette date correspond à ce qui aurait été la sixième visite décennale de l'installation.

Dernières nouvelles