Dieselgate : Volkswagen devant la justice

Dieselgate Volkswagen affronte ses clients devant la justice allemande

Dieselgate : class action inédite en Allemagne contre les crasses de Volkswagen

Quoi qu'il en soit, les magistrats devront déterminer en premier lieu si le géant automobile a "causé un préjudice" à ses clients et agi "de manière contraire à l'éthique".

Volkswagen ne quittera pas les bancs des tribunaux à l'issue de ce procès. Celui intenté à la marque automobile Volkswagen. C'est la première de ce type en Allemagne et elle ne rassemble pas moins de 450 000 clients sous la bannière de l'association de consommateur VZBV, seul requérant habilité.

Cela ne signifie pas automatiquement que le tribunal de Brunswick s'alignera, mais plutôt que le préjudice sera "une des questions centrales et difficiles", a-t-il ajouté.

Mais Volkswagen estime qu'il "n'y a pas de dommages et donc pas de fondement à cette requête ". "Encore aujourd'hui, des centaines de milliers de véhicules sont utilisés " sur les routes, insiste Martina de Lind van Wijngaarden, conseil de l'entreprise. Surtout que Volkswagen prévoit déjà un possible appel devant la Cour fédérale. Les procédures individuelles pourraient prendre encore plus d'un an par la suite. Mais il assure que le groupe a "profondément changé": le constructeur mise 30 milliards d'euros sur sa nouvelle gamme électrique pour "regagner l'estime de la société".

La VZBV est "ouverte " à un tel accord, mais Volkswagen estime qu'il est pour l'instant "peu imaginable " en raison de l'hétérogénéité des situations. Une partie des dossiers concernent des clients résidant à l'étranger, ayant acheté des voitures après la révélation de l'affaire ou qui ne sont pas équipés de moteurs truqués.

Pour l'heure, le constructeur n'a payé en Allemagne que trois amendes d'un montant total de 2,3 milliards d'euros, mais reste sous la menace d'une cascade de procédures civiles et pénales. Une excellence mise à mal pas l'énorme scandale du "dieselgate", lorsque Volkswagen a reconnu, en septembre 2015, avoir installé un logiciel truquant les émissions polluantes dans 500.000 véhicules vendus aux États-Unis, puis admettant finalement l'avoir fait dans 11 millions de voitures dans le monde.

Ainsi, dans un procès engagé il y a un an, des investisseurs réclament un dédommagement pour la chute spectaculaire du cours en Bourse après l'éclatement du dieselgate.

"C'est le procès le plus important en termes de nombre de plaignants de l'histoire de l'Allemagne ", affirme Ralf Stoll, du cabinet d'avocats RUSS qui poursuit le constructeur automobile au nom de la Fédération des associations allemandes de consommateurs (VZBV).

En début de semaine, l'actuel patron Herbert Diess et le président du conseil de surveillance du groupe Hans Dieter Pötsch ont été renvoyés devant les juges pour manipulation de cours de Bourse. Au-delà du front judiciaire et du cas Volkswagen, le scandale a accéléré le déclin du diesel celui-ci risque d'être banni de plusieurs villes allemandes en raison du niveau de pollution en oxydes d'azote (NOx).

Dernières nouvelles