Macron monte au front face aux doutes sur la réforme des retraites

A Rodez Macron repart en campagne pour un grand débat sur les retraites

Emmanuel Macron au Conseil de l'Europe à Strasbourg le 1er octobre 2019- FREDERICK FLORIN

Jeudi dernier, le chef de l'État avait été contraint d'annuler sa venue à Rodez au dernier moment en apprenant la mort de l'ancien président Jacques Chirac.

Au centre d'une " arène " populaire habilement mise en scène, Emmanuel Macron a lancé, jeudi soir à Rodez, sa campagne pédagogique de débats publics autour de la réforme des retraites. Ce report imprévu a néanmoins permis à l'exécutif de déminer un peu plus ce sujet explosif, qui a déjà provoqué plusieurs journées de mobilisation.

Selon une étude Elabe publiée jeudi, 43% des Français restent opposés à cette réforme (-1 point par rapport au sondage de cet institut pour Les Echos et l'Institut Montaigne du 3 septembre 2019), 32% y sont favorables (-1) et 24% ni favorables, ni opposés (+2).

"Il a indiqué qu'il s'était rendu en début d'après-midi à la préfecture de police " pour être à leurs côtés dans l'émotion et la souffrance ". Ce problème "est au moins aussi important que les retraites", a assuré Emmanuel Macron sur le récit du journal Le Figaro.

Faire disparaître l'évidente inégalité des 42 régimes de retraite est une idée plutôt saine.

Fin août, Emmanuel Macron avait semblé tendre la main au syndicat en exprimant sa préférence pour "un accord sur la durée de cotisation, plutôt qu'un accord sur l'âge". "Je veux lever les malentendus quand il y en a, et j'ai choisi de le faire en région par le biais de la presse quotidienne régionale, parce que c'est elle qui relaie et tente d'expliquer les problèmes du quotidien". Quant aux avocats, qui ont défilé en masse pour conserver leurs "régimes autonomes", le président a voulu rassurer: "On ne va pas confisquer (vos) réserves" financières, a-t-il promis, ni "faire exploser les charges".

Le président l'a répété, la réforme ne concernera "ni les retraités, ni les plus de 56 ans". Comme aux premiers mois de l'année pour le Grand débat national, quand il est entré de force dans l'arène pour sortir de la crise des Gilets jaunes.

Dernières nouvelles