Narbonne : le corps enseignant se rassemble en hommage à Christine Renon

Dans les écoles l’hommage à Jacques Chirac loin de faire l’unanimit

Lundi 30 septembre partout en France une minute de deuil a été respectée à 15h00 en mémoire de Jacques Chirac. LUCAS BARIOULET AFPPlus

Multiplication des tâches, solitude du directeur, mise en œuvre des réformes mais aussi les difficultés avec les parents d'élèves, tous parlent d'une "situation qui ne peut plus durer". De son côté Betty Jean dit Tessier (FSU) se fera l'écho de cette lettre en reprenant presque points par points les motifs du geste de la directrice de l'école primaire.

Lors de ce rassemblement, qui s'est achevé peu après 16H00, des directeurs d'école ont pris la parole pour saluer la mémoire de leur collègue et réclamer des réponses politiques à ce geste désespéré.

Le cortège, parti de la mairie de Pantin, est arrivé en fin de matinée à l'école maternelle Méhul, où le corps de cette femme de 58 ans a été retrouvé lundi 23 septembre au petit matin.

Suite à l'invitation de l'intersyndicale Snuipp (Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et Pegc), 35 enseignants, directeurs et retraités bragards se sont rassemblés ce jeudi, devant l'Inspection de l'Education nationale. Le carton contenant les livrets des "évaluations repères 2019 " que portaient des enseignants mercredi en début d'après midi devant la Direction des services départementaux de l'Education Nationale à Albi était agrémenté de messages explicites. "Christine Renon a été son enseignante, à l'époque où elle n'était pas encore déchargée à plein temps".

"La perspective d'appeler une famille pour leur dire que leur enfant [alors qu'on est sûrs qu'il ne l'a pas fait] est soupçonné d'avoir mis le doigt dans l'anus d'un autre [ils ont 3 ans tous les deux] dans la classe, l'école ou le centre!" Dans la foule émue, quelques personnes sanglotaient. Ca a circulé sur les réseaux sociaux, hors de tout canal syndical habituel. Il a proposé la création d'"un comité de suivi" associant syndicats et professionnels pour "faire évoluer" leur statut. Ils réclament notamment l'embauche de psychologues, mais aussi d'aides à la vie scolaire ou des accompagnants pour les élèves handicapés car le problème concerne "l'ensemble du système éducatif ".

Samedi matin, une marche blanche aura lieu dans la ville de Pantin.

Dernières nouvelles